masculins / PSG - OL

« Une aventure particulière avec le PSG »

Publié le 13 avril 2014 à 08:23 par SC

L’Espagnol de naissance débarque dans la région lyonnaise à l’âge de 9 ans. Luis Fernandez ne jouera pourtant jamais avec le club de sa ville d’adoption. Il fera le bonheur du PSG, aussi bien sur le terrain que sur le banc.

Son palmarès, il ne l’a étoffé que sous les couleurs parisiennes. Paris a vécu ses plus belles épopées avec Luis dans ses rangs. Un club qu’il a marqué de son empreinte, autant que le PSG a nourri sa carrière de footballeur et d’entraîneur.

Quand on parle d’un match entre Lyon et Paris, qu’est-ce que cela vous évoque ?
« J’ai toujours aimé Lyon. J’ai grandi dans la banlieue lyonnaise, c’est donc un endroit particulier pour moi. J’étais un grand fan de l’Olympique Lyonnais à l’époque, quand j’étais jeune. Je n’étais pas supporter de Saint-Etienne qui était plus loin de moi. J’allais voir les matchs à Lyon. J’aurais bien aimé entrer dans le centre de formation du club, mais je n’ai pas eu cette opportunité de le faire. Par la suite, il y a eu quelques contacts entre l’OL et moi durant ma carrière, mais ça n’a pas pu se faire. J’aurais bien aimé évoluer dans ce club. De l’autre côté, Paris est mon club formateur. C’est avec le PSG que j’ai grandi, que je suis devenu footballeur professionnel donc ça restera toujours un club particulier pour moi. Je suis attaché à ces deux clubs, mais pas de la même manière. Actuellement, j’aime beaucoup cette équipe de Lyon. Jean-Michel Aulas, le Président, fait du très bon travail depuis de nombreuses années. Il a donné une autre dimension à ce club. Même si ce n’est plus le même Lyon d’il y a quelques années, c’est une équipe agréable à regarder jouer.

Les Lyonnais auront donc un gros match à la Juventus Turin dans les jambes et deux jours de récupération de moins que les Parisiens. Ça sera forcément un désavantage

Vous êtes le premier et seul entraîneur français à avoir gagné une Coupe d’Europe…
Quand j’ai eu cette opportunité d’entraîner dans le club de mon cœur où j’ai gagné pas mal de choses en étant joueur, j’étais content. Je n’ai pas hésité. J’ai participé à tous les premiers titres du club, que ce soit en tant que joueur et en tant qu’entraîneur. J’ai le PSG dans mon cœur, comme c’est le cas avec Cannes et Bilbao, deux autres clubs que j’ai adoré entraîner. J’ai eu une aventure particulière avec le PSG.

Quel regard portez-vous sur ce PSG actuel ?
J’aime beaucoup cette équipe. Depuis que les Qataris ont investi, il y a de superbes joueurs, de fortes individualités. C’est une très bonne chose pour tout le football français. Je pense que tout le monde est gagnant. Ça améliore le niveau de notre championnat. Avec de telles équipes, comme Paris et Monaco, ça remonte aussi le standing d’une Ligue 1 qui devient de plus en plus médiatique dans les autres pays. Tout cela permet d’attirer de nouveaux bons joueurs étrangers. C’est forcément un plus pour le championnat de France. La direction parisienne a un très beau projet et fait du bon travail depuis son arrivée. C’est très sérieux au niveau de la gestion du club.

Dans quel joueur parisien actuel vous vous reconnaissez le plus ?
Au niveau du football et au niveau du tempérament, je pense que je ressemble le plus à Blaise Matuidi. C’est un gagnant qui ne lâche rien sur le terrain, qui n’arrête pas. Il est de partout, il aime se dépenser. Il est impressionnant par son volume de jeu. Il a une très grande générosité, que ce soit en phase défensive ou en phase offensive. Il y a aussi Thiago Motta que j’aime beaucoup comme joueur. Il n’est pas tout à fait dans le même registre mais il est aussi impressionnant au milieu de terrain.

  Qu’est-ce que peut être la vie parisienne sans Zlatan Ilbrahimovic (blessé et indisponible un mois) ?
Il est indispensable. Il faut qu’il joue. L’équipe n’est plus la même sans lui, et ce malgré la présence de très grands joueurs. Il apporte quelque chose de particulier, d’unique à l’équipe, notamment dans l’état d’esprit. J’aime Zlatan. Il est remarquable depuis le début de la saison. C’est un très grand joueur.

Comment voyez-vous cette rencontre ? Lyon a-t-il les moyens de créer la surprise ?
Je pense que ça sera un match équilibré…même si il y aura un avantage pour Paris. Les Parisiens veulent à tout prix plier le championnat le plus tôt possible. Ils sont déjà champions, ils le savent, même si ce n’est pas encore fait mathématiquement. Ils veulent s’assurer ce deuxième titre de rang. Lyon a les moyens de leur poser des problèmes à Gerland, mais ça sera compliqué. L’OL a joué plus tard dans la semaine, jeudi, alors que le PSG a joué mardi. Les Lyonnais auront donc un gros match à la Juventus Turin dans les jambes et deux jours de récupération de moins que les Parisiens. Ça sera forcément un désavantage pour eux. Si la situation avait été inversée, la donne aurait pu être différente…Lyon va devoir encore s’appuyer sur de nombreux jeunes joueurs, qui font pour le moment du bon travail. C’est intéressant comme équipe, mais je pense qu’il n’y a pas suffisamment d’expérience pour ce genre de rendez-vous. De son côté, Paris a une double équipe. Ils n’ont pas de problème d’effectif ».

TOUTES LES NEWS SUR OL - PSGLE CALENDRIERLE CLASSEMENT