masculins / OL 0 - Nice 0

Une dernière séance pleine d'émotions

Publié le 29 mai 2005 à 00:31 par R.B

[IMG5739L]<b>2002</b>... <b>2003</b>... <b>2004</b>... <b>2005</b>... on ne s'en lasse pas. Certes, on oublie ces images de célébration dès qu'une saison recommence; et puis le soir du dernier rendez-vous, les souvenirs défilent et tout ressurgit sans s'habituer pour autant. Sincérement ce samedi soir, il y a eu quelque chose en plus; quelque chose de particulier. Une émotion profonde; une émotion sans pleurs, mais une émotion unique...

[IMG35477#W]




2002... 2003... 2004... 2005... on ne s'en lasse pas. Certes, on oublie ces images de célébration dès qu'une saison recommence; et puis le soir du dernier rendez-vous, les souvenirs défilent et tout ressurgit sans s'habituer pour autant. Sincérement ce samedi soir, il y a eu quelque chose en plus; quelque chose de particulier. Une émotion profonde; une émotion sans pleurs, mais une émotion unique comme si le départ de Paul et d'Yves nous laissait trop orphelins, craignant, aussi, les adieux de certains joueurs. Cela n'a pas empêché les supporters de descendre en grand nombre sur la pelouse; cela n'a pas empêché les joueurs et le staff de "s'éclater" comme jamais sur le podium. Guidés par ces bons petits diables que sont Essien, Abidal, Diarra, Cris et Cie, les Champions de France ont en effet manifesté une joie sans retenue. Coupet n'oubliant jamais d'associer ceux malheureusement disparus (Marco Foe et Luc Borelli). Internationaux ou pas; jeunes ou expérimentés; anciens au club ou vieux d'à peine une dizaine de mois; Africains, Brésiliens, Français... ils ont communié entre eux et avec les autres. Podium, officiels, flash, caméras, micros... étaient bien là pour immortaliser ces instants... mais, on avait l'impression que seuls au monde, ils auraient pris autant de plaisir. Leur bonheur était limpide, rafraîchissement, unique.



Il y eut aussi cette image du Trophée soulevé par Paul et Yves... en signe d'adieu... en signe de travail bien fait... en signe de remerciement. Joël et Robert sont venus ensuite partager la photo avec les 2 Bretons. Il y eut de la musique rythmée... des pas de danse entraînant dans le sillage de Mike, Djila, Flo, Eric... Il y eut du papier doré lancé par des canons de joie... il y eut des roulades sur le pré... des embrassades... des promesses de fête à poursuivre; et un rendez-vous donné par Dominique, le speaker du stade, pour la saison prochaine... pour d'autres images... pour un autre Trophée qui placerait les Gones, seuls dans l'hexagone, avec 5 titres de rangs. Ne l'oublions pas, une fin de saison, c'est aussi la période des voeux, des rêves. L'Hexagone, bien sûr, et pourquoi pas le Vieux Continent un soir de mai 2006 au Stade de France.



La liesse avant la séparation pour les vacances ou pour d'autres destinations. Dimanche, les traits seront tirés, les têtes un peu embrouillés, les muscles fatigués. Dimanche... ce sera déjà une autre page de l'histoire lyonnaise qui débutera. Dans le Vaucluse, les moins de 18 ans essaieront de rejoindre leurs aînés sur la plus haute marche du podium français en triomphant de Nantes, avant de soulever, on l'espére, la Coupe Gambardella 6 jours plus tard au Stade de France. Le groupe CFA sera peut-être convié à en faire autant dans les premiers jours de juin. L'OL ne s'arrête jamais; cela fait plusieurs saisons que cela dure... et franchement qui s'en plaindrait lorsque l'on regarde cette magnifique photo du Stade de Gerland en plein bonheur.



R.B
Sur le même thème