masculins / OL 1 - OM 2

Une énorme désillusion en Une

Publié le 12 avril 2006 à 11:11 par BV

Après la défaite des Lyonnais à Gerland contre les Marseillais, la presse est très largement revenue sur cette élimination des Rhodaniens. Ribéry, un contexte défavorable... Les explications ne manquent pas.

A l’image de L’EQUIPE, pour qui « l’OM refroidit Lyon », les journaux ou sites internet ont fait leur Une de l’événement. Le quotidien sportif accorde deux pages à la rencontre. En notant que « l’OL n’aime pas les mardis », il met l’accent sur l'énorme désillusion qui habite les Rhdaniens pour lesquels la Coupe de France constituait un objectif prioritaire du club. « Marseille brise un rêve » titre ainsi Hervé Penot. A l’honneur de la traditionnelle analyse individuelle d’après match, « le moteur Ribéry » à l’impressionnant volume de jeu et un Fred qui a « confirmé son regain de confiance et de vraies dispositions d’avant centre ».

Le site internet L’EQUIPE.fr affirme quant à lui que « l’OM sort l’ogre lyonnais » avant de renchérir « l’OM a mangé du Lyon ». Une semaine après la terrible élimination à Milan, « les joueurs de Gérard Houllier ont perdu sur les deux tableaux » et « l’OM a profité de ce contexte favorable pour filer en demi-finale ». Le journaliste y voit « une nouvelle claque que la conquête d’un cinquième titre de champion de France n’atténuera peut-être pas ». Un titre qui permettrait pourtant au club du président Jean-Michel Aulas d'entrer définitivement dans l'histoire du championnat de France.

Même tristesse à la Une du Progrès qui souligne la « Nouvelle désillusion pour l’OL » accompagnée d’une photo de Nino Wiltord effondré sur la pelouse : « Plus question de triplé, plus question de doublé non plus… ». Pour le quotidien régional, il s’agit d’un véritable « coup de massue » asséné par les hommes de Jean Fernandez qui barrent ainsi définitivement la route du stade de France aux coéquipiers de Fred. Antoine Osanna a vu dans le club rhodanien un boxeur en grande difficulté. « Manquant de sérénité et de clairvoyance, l’OL se retrouvait dans les cordes ». Aucun joueur n’est montré du doigt. « Le collectif n’y était pas ». Sans concession, Jean-françois Gomez et Antoine Osanna affirment qu’ « individuellement et collectivement, les Lyonnais n’ont pas été à la hauteur de leur mission hier soir face à des adversaires beaucoup plus efficaces ».
Une défaite difficile à digérer qui intervient tout juste après l’élimination à Milan, s’ajoutant ainsi à la liste des «mardis noirs de l’OL ».

Aujourd’hui en France met l’accent sur la victoire marseillaise en qualifiant d’ « exploit » la « performance de sortir les Lyonnais à Gerland ». Harold Marchetti souligne que l’OL a été « trahi par sa défense » et voit dans « l’accumulation d’erreurs » la principale raison de l’élimination des Rhodaniens.

Même analyse sur le site UEFA.com pour lequel "la performance de la journée est à mettre à l'actif de l'OM". Au cours d' "un match équilibré et enjoué", les Lyonnais ont été "piégés" par "une équipe de l'OM qui a une nouvelle fois prouvé qu'elle aimait les grands matchs et les grandes équipes".