masculins / OL 8 - Le Mans 1

Une équipe HI-STO-RIQUE !!!

Publié le 13 mai 2006 à 22:00 par SR

Cette victoire XXL était le meilleur cadeau d’au revoir que pouvaient livrer ces Champions, en attendant la saison prochaine. L’OL à été, est et restera une formidable raison d’être heureux.

Alors que certaines équipes étaient encore préoccupées par la troisième place du championnat, synonyme de tour préliminaire pour la plus prestigieuse des compétitions, à Gerland, la fête battait son plein. Et pour qu’elle soit belle, un Gerland rempli à ras bord s'attendait à ce que le groupe Olympien, revêtu du nouveau statut de quintuple champion de France, finisse en beauté. Les supporters comptaient dans leur rang quelques Lyonnais de marque en la présence des premiers champions Delmotte, Chanelet, Laigle, Laville et Anderson, victorieux des Lensois le 4 mai 2002. Ils étaient 40426 à leur réserver un accueil de taille avant de rentrer en communion avec les joueurs, pour le dernier match de la saison, sous le sifflet de Mr Colombo.

Malouda ouvrait les hostilités et s’infiltrait dans la surface de réparation pour offrir un caviar à Fred, qui malheureusement, enlevait trop sa frappe. L’occasion manquée d’un côté se transformait en but de l’autre quand Batista, freiné par Coupet à la quatrième de jeu s’infiltrait dans la défense Olympienne afin de prendre sa revanche sur Greg. L’histoire se répétait dans l’autre sens lorsque Berthod sauvait les siens sur sa ligne de but, repoussant la tête de Bangoura avant que Djila n’envoie Fred affronter une nouvelle fois Pelé pour l’égalisation rhodanienne. Cris donnait l’avantage au sien d’un but exclusif, du dos, en contrant la relance du portier manceau (27’). Le spectacle prenait encore de l’ampleur quand Nino se jouait de la défense adverse, éliminant Pelé au passage pour trouver le petit filet des visiteurs dans un angle fermé (29’ ; 3-1).
Fréderic Hantz faisait comprendre son mécontentement lorsqu’il sortait Thomas et Pelé pour Fischer et Roche.

La rencontre tournait à la démonstration et Fred, parti à 100 à l’heure dans le dos de la défense réalisait un doublé en puissance devant les 40426 spectateurs d’un Gerland qui n’avait jamais été aussi comble.
Les Manceaux broyaient du noir et Cerdan voyait rouge quand Malouda partait seul dans la surface de réparation et récoltait un carton jaune. Juninho exécutait la sentence et rejoignait Cavéglia et Kabongo avec son 65ème but sous les couleurs lyonnaises.
Juninho rentrait dans le top 10 des meilleurs buteurs de l’OL pendant que son équipe faisait des merveilles et égalait la meilleure attaque de tous les temps, de toute l’histoire Olympienne d’un coup de patte magique du spécialiste des coups francs (43’ ; 5-1)

En seconde période, après l’heure des changements où Nino et Caçapa cédait leurs places à Govou et Diatta, Coupet démontrait sa forme internationale en repoussant coup sur coup les tentatives adverses. Matsui voyait ainsi son ciseau au point de penalty repoussé par Greg (65’) ; Idem pour Batista dont la frappe était dévié en corner d’une superbe claquette (67’). Sidney manquait d’inscrire son 5ème but en ligue 1 cette saison en enlevant trop sa frappe (73’). Quant à Fred, il profitait d’une mauvaise relance de Roche pour lober ce dernier et inscrire son 14ème but de la saison, rejoignant au passage Odemwingie au classement des buteurs sur la deuxième marche. Ce but était synonyme d’un nouveau record pour l’équipe lyonnaise 2006, meilleure attaque olympienne de tous les temps.

Les supporters étaient comblé, et les Gones continuaient le spectacle en fin de rencontre quand Govou transperçait la défense des « rouges et jaunes » pour faire trembler les filets (87’) avant que Ben Arfa, entré en jeu peu de temps auparavant, ne dépose le cuir sur la tête de Tiago aux 5 mètres 50 pour le 8ème but lyonnais de la soirée (88’).

Il y a eu énormément de plaisir, de bonheur, de joie… quelques moments de peine dans cette saison, de confusion, vite estomper par la qualité de jeu des lyonnais et leur capacité à relever immédiatement la tête. "On est les Champions" chantaient les supporters, de beaux Champions qui offraient une belle dernière victoire à Gerland. Cette victoire XXL était le meilleur cadeau d’au revoir que pouvait livrer ces Champions, en attendant la saison prochaine. L’OL à été, est et restera une formidable raison d’être heureux.
Sur le même thème