masculins / Real Madrid - OL J-1

Une petite promenade madrilène

Publié le 23 novembre 2005 à 11:50 par R.B

Le vent et le soleil balaient, inondent, sans les réchauffer, les grandes avenues et les petites rues madrilènes. Il est 10h du matin mercredi 23 novembre, jour de ce fameux Real - OL.

Les journaux parlent, enfin, de la rencontre. Pour AS, en l'absence de Raul, Ronaldo, Baptista, tout dépendra de Robinho. Pour Marca, c'est l'orgueil qui est attendu. Dans les autres médias, il est question de Luxemburgo mis devant ses responsabilités.

En s'enfonçant dans le vieux Madrid, rue Carmen, nous tombons nez à nez sur une boutique officielle du Real. 2 niveaux, des centaines de produits à la gloire du club. Des maillots évidemment, des montres, des bustes, des ballons, des peluches. Tout se vend et tout s'achète. A quelques pas de là, c'est la Puerta del Sol. Une immense publicité d'un équipementier sportif habille un immeuble. Raul s'y montre en pleine forme, contrairement à la photo de Marca où on le voit avec ses béquilles. Une place ovale bordée d'immeubles du XVIIIème siècle. Elle marque le kilomètre 0 de toutes les routes d'Espagne.

Un peu plus loin encore, une merveille : la Plaza Mayor. Ce fut autrefois le centre des principaux événements de la vie madrilène : supplices, exécutions publiques, cérémonies de couronnement, tournois, corridas. Aujourd'hui, elle est utilisée pour tout autre chose. On y prépare d'ailleurs les festivités de Noël. En poursuivant, c'est la Plaza de la Villa, la mairie actuelle qui fut jadis la prison. Des supporters lyonnais sont en visite. « Nous avions rendez-vous à 4H 30 à l'aéroport Saint-Exupéry. Nous avons pris le premier avion ce matin. C'est super !». Michel profite de la journée avant de rejoindre ce soir le stade Santiago Bernabeu.

En se dirigeant vers le Palais Royal, il est agréable de jeter un oeil sur ces magasins où regorgent les spécialités culinaires du pays. Le « Jamon » est omniprésent ; même en sortant de petit déjeuner, il vous donne envie de lui couper une tranche. Si vous souhaitez prendre une boisson chaude, le Café de Oriente vous tend les bras. Cela sent le vieux retapé avec goût. Les rues s'élargissent. La façade du Palais Royal surgit au loin. Elle se dore au soleil. Immense, somptueux, entouré de jardins, de statues, ce Palais a été conçu par des maîtres italiens. Joseph, le frère de Napoléon y logea. La beauté de l'édifice rendant jaloux le célèbre Corse ! Tout à côté le Teatro Real est devenu un des plus grands opéras d'Europe après une longue restauration. Les travaux ? Il y en a partout d'ailleurs.

Il parait que Madrid, malgré son statut de capitale du pays, depuis 1561, est encore surnommée la Provinciale. On se demande pourquoi en la découvrant rapidement. Cette ville, son centre, a un aspect tout simplement majestueux. La Castellana, la grande artère madrilène, est déjà une fourmilière. Du bruit, des voitures, des piétons; pas question de quiétude. Qu'importe, on adore le peu que l'on a vu. Et puis ce soir, il risque fort d'y avoir de l'ambiance dans la Cathédrale de Santiago Bernabeu... surtout si les Merengue ont de sérieux problèmes face aux partenaires de Cacapa. C'est ce que souhaitent les 3 500 supporters olympiens qui ont fait le déplacement.
Sur le même thème