masculins / Metz 1 - OL 5

Une préparation idéale

Publié le 15 septembre 2007 à 22:00 par BV

Première conséquence de la large victoire 5 buts à 1 des Lyonnais sur la pelouse de Metz, leur quatrième de rang : ils se hissent à la deuxième place du classement de Ligue 1, à un point de Nancy. Le bilan comptable est beau. Son pendant mental ne l’est pas moins.

Grâce à ce succès, ils préparent idéalement leur déplacement à Barcelone mercredi 19 septembre. Cinq buts inscrits, un seul encaissé, un duo Ben Arfa- Benzema enfin à la hauteur des immenses attentes placées en lui, un Juninho à nouveau buteur sur coup franc et un Rémy Vercoutre rassurant. N’en jetez plus ! Les joueurs d’Alain Perrin pouvaient difficilement espérer meilleure reprise, après une mini-trêve de deux semaines qui inquiétait Alain Perrin.

Alors certes, mercredi, le FC Barcelone devrait opposer une tout autre opposition à Juninho et aux siens, mais qu’il semble difficile au terme de leur déplacement victorieux en Lorraine de ne pas y voir une préparation idéale de leur entame de campagne européenne en Catalogne.

A n’en pas douter, les observateurs barcelonais présents à Saint-Symphorien ont dû noter, et souligner, avec inquiétude le nom de Karim Benzema. Sur la pelouse messine, ce dernier n’a rien manqué, transformant en buts trois de ses cinq tentatives. Une habileté qui lui permet de s’échapper en tête du classement des buteurs. Après un début de saison qui l’avait vu inscrire 5 buts en 6 rencontres, l’international français a encore accéléré le rythme ! En force à deux reprises, du pied gauche puis du droit, en douceur d’une frappe piquée : Benzema sait décidément tout faire ! Il affiche désormais un bilan de 8 buts en 7 rencontres, soit une moyenne d’1,1 but par match ! Benzema « is on fire » !

Sans rien enlever au mérite du jeune lyonnais, il faut également souligner qu’il fut ce soir bien aidé. Le meilleur buteur du championnat de France répète à l’envi que ses exploits individuels doivent beaucoup au travail de ses coéquipiers. Trop grande modestie au regard de l’immense talent du phénomène rhodanien, c’est sûr ; lucide analyse du travail de ses partenaires, c'est une nouvelle preuve de sa maturité précoce. Sur ses trois buts, Benzema a remporté trois face à face avec Marichez, bénéficiant de trois astucieuses passes en profondeurs de Govou (5e)et Ben Arfa à deux reprises (36e et 38e).

De toute évidence, la complicité entre Benzema et Ben Arfa pourrait bien permettre à l’OL de rêver aux plus beaux succès si d’aventure ces deux là continuent de se trouver aussi facilement. D’un une-deux éprouvé sur les terrains du centre de formation olympien, les deux jeunes Lyonnais complotèrent ; Ben Arfa profitant d’une passe de Benzema pour inscrire son premier but de la saison (58e).

Autre point positif de la soirée : Juninho a retrouvé sa légendaire précision sur coup franc. En fin de rencontre, à 25 mètres, le Brésilien a déposé le cuir dans le coin gauche du but de Marichez (88e).
Alors certes, le FC Metz n’est pas le FC Barcelone. La défense lorraine a ainsi trop souvent laissé les champions de France réciter leurs gammes. L’addition aurait même pu être bien plus lourde pour les coéquipiers de Milan Thomas. Karim Benzema n’a pas cadré (12e et 32e) puis a manqué son centre en retrait pour Juninho (55e). On en deviendrait presque tatillon ! Le Brésilien n’attrapa pas le cadre à 25 mètres (18e) puis contraignit Marichez à deux parades (77e et 78e). Kim Källström frappa à côté (19e) puis au dessus (27e). Sur un centre de Benzema, Govou tira sur la barre transversale (66e). A deux reprises, les tentatives de Grosso trouvèrent les gants du portier messin (66e et 77e). L’arbitre Monsieur Malige aurait également pu récompenser Hatem Ben Arfa d’un penalty pour une faute de Bassong (48e).

Rémy Vercoutre a également profité de ce voyage pour faire le plein de confiance. Deux semaines après une erreur face au Mans, le portier rhodanien a rassuré partenaires et observateurs. S’il ne pouvait rien sur la réduction du score de Gueye d’une reprise lobée (46e), il se montra en revanche impeccable dans ses sorties (16e et 44e) et dans ses interventions sur sa ligne devant Gueye puis Agouazzi (73e). Alain Perrin voulait également donner du temps de jeu à Cleber Anderson. L’ampleur du succès rhodanien lui permit de faire entrer le Brésilien à dix minutes de la fin.

Une soirée « tout bonus », donc. Si leur premier match continental de la saison risque bien de se révéler plus compliqué que leur voyage en Lorraine, les élèves lyonnais peuvent en tout cas se féliciter d’avoir bien révisé en vue de leur rentrée européenne.
Sur le même thème