masculins / OL-Lorient

Une reprise manquée

Publié le 10 janvier 2009 à 23:25 par RD

Pour son premier match disputé en 2009, l’OL n’aura pas réussi à s’imposer face à Lorient (1-1). Des regrets, car le match aurait pu être plié en première mi-temps. L'OL reste leader avec 2 points d'avance sur Rennes et 4 sur Bordeaux qui accueille demain le PSG.

Voilà près de deux mois que le public de Gerland n’a plus assister à un succès de son équipe sur ses terres. Il faut remonter au 16 décembre 2008 pour trouver trace du dernier succès olympien, c’était face à Bordeaux (2-1).
Pour ce premier match, l’OL a semblé en manque de rythme, du à deux semaines de trêve hivernale sans matches et à une rencontre annulée en Coupe de France. La bonne nouvelle au coup d’envoi ? La pelouse, tout à fait praticable grâce à la bâche, qui a couvert le rectangle vert de Gerland depuis le début de la semaine. Au coup d’envoi, l’OL devait composer avec les indisponibilités de Govou (adducteurs) et surtout de son capitaine Juninho. La première occasion intervint sur coup de pied arrêté. Le coup-franc de Grosso, légèrement excentré sur la droite, fila de peu à côté (3e). Par deux fois, le Lorientais Gameiro inversa l’avantage des occasions, en butant d’abord sur Lloris, bien sorti (5e), puis en armant une frappe non cadrée (6e). Enfin, bien que signalé hors-jeu, sa course dans le dos de Cris prouva la capacité des Merlus à jouer sans complexe chez les gros poissons de Ligue 1.
C'est pourtant l’OL qui ouvrit le score en ce début de match très plaisant. Après un bon relais entre Fred et Benzema, la frappe de l’international français fut repoussée par Audard. Mais Ederson arriva en trombe et ajusta sa frappe (1-0, 10e). Le deuxième but de la saison pour le Brésilien, après celui marqué au Havre (s.p.). A peine deux minutes plus tard, Gerland cru à un nouveau but olympien, mais Benzema, de manière assez incroyable d’ailleurs, ne cadra pas sa frappe, seul face à Audard et manqua le break (12e). 2-0 à la pause, cela aurait pu être une parfaite entame de match.
Alors que Lorient soignait son jeu de passes, une action rapidement menée par Keita confirma la bonne entente entre Fred et Benzema lors de cette soirée. Le premier dévia pour le second qui vit sa frappe détournée par Audard en corner au prix d’une belle parade (20e). A ce moment là, Keita était passé sur le côté gauche de l’attaque lyonnaise, Ederson à droite. La suite ? Côté lyonnais, l’imprécision des passes, quelques cafouillages et des mésententes en défense, mais aussi en attaque, contribuèrent à diminuer le rythme de la rencontre. Benzema manqua une nouvelle occasion en croisant trop sa frappe du droit (40e). Peut-être le tournant de la rencontre. Car c’est un scénario bien connu qui se mit doucement en place du côté de Gerland. L’OL mène au score, n'arrive pas à breaker, et un adversaire, Lorient qui profite des bons coups et laisse craindre le pire. Ainsi, sur un centre de Vahirua complètement esseulé sur la gauche, Abriel trompa Lloris d’une superbe talonnade (1-1, 43e). Puis Benzema, du pied gauche cette fois, buta de nouveau sur Audard, très en forme ce soir (44e).

Au retour des vestiaires, le thermomètre était passé sous la barre des O°. Keita, en vue mais très peu adroit ce soir, cédait sa place à Delgado. Gerland faillit assister au premier hold-up de l’année. Lloris sauva les siens du 1-2 sur une double parade. Il repoussa la frappe aux 20 mètres de Gameiro avant de détourner en corner celle d’Aubertan de manière spectaculaire (49e). La tendance affichée en fin de première période se confirma en début de seconde : beaucoup de mauvaises passes, peu de solutions intéressantes tout comme d’occasions franches pour Lyon. Pas virevoltants dans le jeu, il fallut attendre la 72e minute pour voir l’OL se créer une mince occasion. Benzema centra fort devant le but, Fred repris au-dessus. L’impuissance lyonnaise se caractérisa bien trop souvent par de longs ballons envoyés devant et vite perdus.
En somme, l’absence de Juninho et de sa capacité à orienter le jeu, à donner du rythme à une rencontre et à enflammer le stade a certainement pesé. Le jeu lyonnais n’a pas été très flamboyant face à des Merlus lorientais, qui confirment leur aisance hors de leurs bases chez les favoris du championnat. Après leur victoire à Marseille (3-2), ils ont obtenu ce soir un bon point chez le champion de France. L’OL laisse donc de nouveau deux points sur sa pelouse et devra aller en glaner à l’extérieur. Les Lyonnais vont disputer trois matches en trois semaines, dont deux derbys (à Grenoble le 17 et face à Saint-Etienne le 1er février. Peut-être quatre si l'OL bat Concarneau en Coupe de France le 24.
La dernière ligne droite de la saison est lancée. Avec des objectifs fixés sur tous les tableaux. On attend désormais le coup d’accélérateur lyonnais qui leur permettra d'aller au bout de leurs ambitions.
Sur le même thème