masculins / Le Mans - OL J3

Une saison pleine de promesses

Publié le 05 août 2009 à 08:20 par BV

Aux dires des spécialistes, ils sont trois sur la ligne de départ de la course au titre : Bordeaux, OM et OL. Paris, Lille, Toulouse et Rennes sont en embuscade. Pressentis pour la lutte pour le maintien : Lorient, Le Mans, Nancy, Sochaux, Saint-Etienne, Lens, Montpellier et Boulogne.

Les favoris
Dans France Football de ce mardi 4 août, les entraîneurs de Ligue 1 placent l’OM en tête de leurs pronostics. Une habitude depuis plusieurs saisons, serait-on tenté de leur objecter si le club entraîné par Didier Deschamps ne s’était pas montré, cet été, aussi habile à bonifier son effectif ; l’OM a cassé sa tirelire pour Lucho Gonzalez, fait revenir en Ligue 1 Morientes, Heinze et Cissé, et chipé à Bordeaux le meilleur défenseur du dernier exercice, Diawara.
L’affaire serait entendue et le trophée déjà sur le chemin de la Cannebière, pour la première fois depuis 1992, si ses deux [IMG43572#R]accompagnateurs sur le dernier podium de Ligue 1 n’avaient pas, à l’aide de moyens bien différents, contribué à donner à cet opus 2009–2010 les contours du championnat le plus indécis depuis bien longtemps. Bordeaux a misé sur la continuité, s’évertuant principalement à conserver l’ossature d’un groupe qui lui a permis la saison dernière de mettre fin au règne de l’OL, autour de Yoann Gourcuff. Deux incertitudes assombrissent pourtant l’horizon des Girondins : dans quelle mesure Ciani parviendra-t-il à faire oublier Souleymane Diawara ? Marouane Chamack, rouage essentiel du dispositif marine et blanc sera-t-il encore sur les bords de la Garonne le 1er septembre prochain ?
Des trois prétendants au titre, l’OL est celui qui a le plus dépensé cet été. Pour permettre à Sidney Govou de devenir le joueur le plus titré de l’histoire du championnat de France (8 en cas de succès), l’OL a investi pas moins de 72 millions d’euros, dont 43 pour se doter d’un coté gauche performant (Cissokho – Bastos) et 29 pour disposer d’une attaque (Gomis – Lopez) susceptible de palier le départ de Karim Benzema. C’est là le pivot de la saison lyonnaise : comment combler les absences conjuguées de Benzema et Juninho. « Par du collectif et par plus d’envergure chez certains joueurs » répond Claude Puel.

[IMG50014#C]

Les outsiders
[IMG50022#L]Après une fin de saison catastrophique qui l’avait vu abandonner l’Europe, et du même coup la récompense d’un exercice réussi au regard des ses ambitions initiales, le PSG a parié, à l'intersaison, comme Bordeaux, sur la stabilité. Aux prolongations de contrat de Sessegnon et Hoarau, sont venues s’ajouter les signatures de valeurs sûres : Erding et Coupet. Avec Antoine Kombouaré aux commandes, le PSG a les moyens d’accrocher l’Europe. Laquelle ?
Conscient de ce qu’il doit à André-Pierre Gignac, meilleur buteur du dernier championnat, Toulouse a concentré l’essentiel de ses efforts estivaux à éteindre les velléités de départ de son attaquant, pourtant désireux de rejoindre les bords du Rhône. Il a également remplacé son gardien international, Carrasso, parti à Bordeaux, par Pelé. Méfiance : l’effet de surprise pourrait bien s’être estompé.
Lille et Rennes, autres habitués des places européennes, parviendront-ils à franchir un pallier pour enfin intégrer le peloton de tête ? Le LOSC, qui a renforcé les prérogatives de Rudy Garcia, a remplacé Bastos par Gervinho. Rennes, de son côté, a peu modifié son effectif : Inamoto aura pour tâche de faire oublier Mbia.

[IMG50014#C]

Les candidats au maintien
[IMG50123#R]Avant tout désireux de ne pas endurer à nouveau les affres de la course au maintien de la saison dernière, Le Mans, Sochaux, Nancy et Saint-Etienne chercheront à s’appuyer sur les enseignements nés de leurs angoisses passées pour rebondir. Comme pour toute formation au budget limité qui débute sa seconde saison parmi l’élite, le plus dur commence peut-être pour Grenoble. Enfin, des trois promus, Lens parait le mieux armé, au regard de son passé et de la richesse de son effectif, pour éviter « l’ascenseur » ; Montpellier et Boulogne-sur-Mer, néophyte en Ligue 1, n’auront d’yeux que pour les 42 points synonymes de maintien (40 la saison dernière).

Sur le même thème