masculins / OL 0-0 Valenciennes

Une soirée à oublier

Publié le 29 novembre 2008 à 21:31 par RD

Un terne 0-0 et un match rendu bien peu spectaculaire par 90 minutes de trombes d’eau vient clore un marathon de 12 matches en 6 semaines pour l'OL. Difficile de tirer des enseignements après une telle soirée.

En amont de cette partie, les dieux ne devaient pas être du côté de l’OL. Entre une infirmerie lyonnaise bien pleine, un capitaine suspendu, un meilleur buteur absent et une pluie torrentielle venue contrarier au dernier moment joueurs et supporteurs, les conditions n’étaient pas favorables à la sérénité. Claude Puel avait du composer un onze de départ quelque peu modifié. Ainsi, Fred débutait seul en pointe et Mensah, une nouvelle fois, latéral droit. Une banderole côté virage nord affichait « Tiens le coup Antho ». Une belle pensée pour Réveillère, qui ne rejouera plus de la saison suite à sa blessure au genou gauche, survenue samedi dernier, au Parc.
C’est avec ces paramètres peu joyeux que démarra la partie, sous une pluie diluvienne donc, et sur une pelouse que l’on sentait prête à jouer de vilains tours aux joueurs des deux équipes. Lors des dix premières minutes de jeu, une tête de Fred puis un coup franc d’Ederson finirent tous deux dans la niche de Penneteau. Au cours de cette première période, Ederson démontra toute son envie. Très en jambes, il tenta sa chance à plusieurs reprises (11e, 13e). Mais bien vite, alors que l’OL tirait les ficelles du match, on crut revivre des scénarios déjà trop connus lorsque Audel, ayant pris Boumsong de vitesse, se présenta seul devant Lloris qui repoussa (15e). Puis Fred, superbement lancé par Ederson, buta sur Penneteau (16e). Alors que l’axe central valenciennois tenait tant bien que mal, le portier nordiste capta facilement une volée de Govou après un beau travail préalable de Grosso (20e). La pluie redoubla d’intensité en milieu de première mi-temps, rendant les ballons toujours plus difficilement maîtrisables et donnant à la pelouse un état déplorable. Un débordement d’Ederson ne trouva personne au centre et la tête de Keita passa au-dessus (34e et 35e). Enfin, Lloris boxa un coup-franc valenciennois (45e) renvoyant aux vestiaires un OL extrêmement dominateur mais stérile jusqu’à présent.
Les joueurs revinrent après la pause pour découvrir un terrain rendu quasi impraticable. Les balles se firent bien difficiles à conduire et on se dit alors que la délivrance ne pouvait venir que d’un coup de pied arrêté. Le coup-franc de Fred (50e) fut facilement stoppé par Penneteau. Puis, le missile d’Ederson frôla les montants valenciennois suite à un corner tiré par Grosso (52e). Au final, le ballon, avec des trajectoires dictées par une pelouse détrempée, pouvait, à lui seul et à tout instant, décider du sort du match. La pluie avait baissé d’intensité quand un but d’Ederson fut refusé pour une faute préalable du Brésilien sur Abardonado (60e). Le dernier quart d’heure résuma bien la physionomie de la rencontre : l’OL à l’attaque, voyant toutes ses tentatives repoussées par un pied, un dos ou un excellent Penneteau, et un adversaire s’attelant au contre. Le portier nordiste détourna d’une manchette spectaculaire une superbe volée de Fred. Delgado alluma une dernière mèche, de nouveau détournée par Penneteau. Et la pluie cessa…

Alors quelles conclusions tirer de cette partie, si ce n’est qu’il fut difficile de jouer au football ? Un Cris que l’on retrouve dur sur l’homme, Ederson qui eut l’occasion de montrer tout son talent. Au final, les Valenciennois repartent avec un point précieux, en grande partie obtenu grâce au très bon match réalisé par son gardien, Nicolas Penneteau. Pas facile non plus de tirer une analyse du classement, dans la mesure où Nice, dauphin de Lyon, n’a pas pu jouer ce soir (match face à Grenoble arrêté en raison de pluies diluviennes) et Marseille joue demain. Et maintenant ? Lyon va aborder une semaine plus reposante que les dernières qu’il a pu vivre. Le septuple champion se déplacera dimanche prochain à Nantes, pour affronter un autre mal classé de Ligue 1. Les organismes vont pouvoir souffler. A Lyon, ces derniers temps, on ne demandait que ça.

Les résultats de la 16e journée (avant la suite des rencontres, demain): Lyon-VA (0-0); Lille – Lorient (1-1); Le Mans – Caen (2-0); Auxerre – Monaco (0-1); Le Havre – Nantes (0-2); Sochaux – Bordeaux (21h). Demain : Nice – Grenoble ; Toulouse – Marseille ; Nancy – Saint-Etienne ; Rennes – PSG.
Sur le même thème