masculins / Auxerre - OL J-3

Vercoutre: "Je suis plus fort mentalement"

Publié le 25 août 2005 à 13:36 par R.B

[IMG6475L]Parti en prêt une saison à Strasbourg, <b>Rémi Vercoutre</b> est revenu cet été à l'OL plus riche dans son palmarès d'une Coupe de la Ligue et plus fort dans sa tête d'une expérience plutôt difficile en raison d'une blessure et de son statut de remplaçant après avoir envisagé au départ une place de titulaire. Rencontre avec ce <b>bonhomme diablement attachant</b>, qui est aussi pour l'occasion le témoin de la cinquième journée du championnat...

Parti en prêt une saison à Strasbourg, Rémi Vercoutre est revenu cet été à l'OL plus riche dans son palmarès d'une Coupe de la Ligue et plus fort dans sa tête d'une expérience plutôt difficile en raison d'une blessure et de son statut de remplaçant après avoir envisagé au départ une place de titulaire. «Quelque part, cela a été une saison noire. J'ai été absent pendant 4 mois avec ma blessure au pied, puis après je suis resté sur le banc. Cela te forge un caractère, même si je m'étais fait à l'idée de ne pas rejouer. Je suis plus fort mentalement et cela m'a permis de faire un écrémage dans mon entourage. Dans ces moments là, tu vois le vrai visage des gens. Oui, j'ai progressé. Malgré cela, je ne peux oublier cette Coupe de la Ligue et cette finale au Stade de France. Ce fut un moment unique, tellement intense ».



Rémi a encore 2 ans de contrat avec le club quadruple champion de France. N'est-ce pas une situation trop confortable? « Oui, il y a une forme de confort, parce que le week-end tu ne te mets pas en danger en jouant et tu t'habitues à ne plus le faire. Mais je bosse comme un fou chaque jour ; je bosse comme jamais. Ma famille est bien à Lyon. Je ne me pose pas de question pour la suite de ma carrière sauf pendant les périodes de transfert… Tout va tellement vite en football ». L'ancien montpelliérain avoue aussi que le fait de devenir papa l'a changé, fait réfléchir. « Quand tu te fais mal à l'entraînement ou en match, cela donne un autre sens à ta vie ».



Rémi est donc de nouveau lyonnais. Son actualité tout chaude date de samedi dernier en manifestant sa joie explosive sur les épaules de Gérard Houllier. « Ce n'était pas calculé. Je ne l'avais jamais fait auparavant. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Peut-être simplement le besoin d'exploser après avoir été tendu pendant toute la rencontre. Ce but de Claudio nous a tous délivré… et moi je l'ai montré un peu plus que les autres. Après je me suis dit « merde ». Mais le coach l'a bien pris ; nous en avons rigolé ensemble. Sur le banc, je suis toujours aussi chaud. J'essaie de vivre le match de façon communicative et d'aider mes partenaires. Je ne sais pas si cela leur apporte quelque chose. En tout cas, je suis comme cela uniquement par envie ». Explosif sur le banc, à l'entraînement, «Rem » est bien dans ses baskets. « Je n'ai absolument pas d'état d'âme. Etre remplaçant de Grégory Coupet à l'OL, après une saison morose, ne génère chez moi aucune frustration. En plus je connais les règles. Et puis, après avoir été absent des terrains pendant 4 mois, tu découvres l'importance d'être en bonne santé et de pouvoir, déjà, t'entraîner ».



Ses 12 mois en Alsace ont-ils changé son regard sur l'OL ? « Oui, quand tu regardes ce qui se passe autour du club. Tu te rends compte alors que la ferveur est plus grande, que l'attente des gens a encore pris une autre dimension. Sinon à l'intérieur, malgré les changements de joueurs, c'est pareil ». Un mot sur ce début de saison ? « En terme de qualité, ce n'est pas encore cela ; mais en terme de points, l'équipe a rarement fait aussi bien. Si on va au bout en jouant mal et en prenant des points… cela nous ira. Non franchement, à terme, il faudra avoir une qualité de jeu différente pour s'imposer. Pour l'instant c'est bien de prendre des points en étant mauvais ».



Rémi l'a dit et redit,en temps de jeu, il prendra cette saison ce qu'on lui donnera. En attendant, il sera sur le banc dimanche soir à Auxerre, sauf blessure de « Greg ». Ce remplaçant de talent, à défaut de jeu, a accepté celui du témoin de la cinquième journée. « Je choisi le match PSG – Nice. Les Parisiens sont leaders avec nous. On va voir comment ils vont supporter la pression. Les Niçois se débrouillent bien à l'extérieur. Ce duel nous concerne… avec à distance la première place en jeu. Quant à Strasbourg – Bordeaux, je pronostique un match nul 1 à 1. Je suis un peu les résultats du Racing où j'ai gardé quelques potes dont Deroff. Montpellier ? C'est différent. Ce club est dans mon cœur pour toujours. Je le vois bien remonter. Je suis aussi les résultats d'Istres de mon ami Rudy Riou. Et en plus mes parents habitent dans cette ville ».



Enfin comment voit-il ce match des Lyonnais à Auxerre ? « Cela va être difficile. Les Auxerrois auront un désir de revanche par rapport à leur dernier match à Lens et par rapport à nous (Trophée des Champions). De toute façon, à Auxerre ou ailleurs, et quelles que soient les circonstances, on sait que nous sommes attendus. C'est désormais notre pain quotidien… ». Les 7 buts encaissés par Cool au Stade Bollaert rappelle à Rémy qu'il avait encaissé 5 buts, un jour, au Stade de la Mosson contre Lorient. «C'est clair… tu as les boules. Finalement tu le sens arrivé ce genre de phénomène. Tu devines que ce soir là, tout va partir en vrille ». Une chose est sûre qu'il joue ou ne joue pas, le natif de Grande-Synthe n'ira pas se coucher avant 4 heures du matin. « C'est impossible, il faut faire retomber la pression. Je suis fatigué, vidé. Alors tu tournes ; tu regardes la télé… ». Et puis lorsque vous apprendrez le tirage au sort de la Champions League, si l'OL a hérité d'un club anglais, espagnol et Grec… sachez que les yeux bleus de notre bonhomme vont devenir encore plus bleus... de bonheur. « J'aime bien le championnat anglais. Et puis la Grèce, c'est pour la folie… ».



R. B