masculins / Portrait

Vercoutre, une page se tourne

Publié le 04 juin 2014 à 15:29 par SC

Vercoutre, une page se tourne

21 photos

En fin de contrat avec l’OL, Rémy Vercoutre va s’engager avec le Stade Malherbe de Caen, tout juste promu en Ligue 1, pour les deux prochaines saisons. Son aventure lyonnaise a donc pris fin après plus de dix années au club.

Il était le dernier « Grand Ancien » depuis le départ d’Anthony Réveillère il y a un an. Le dernier joueur d’une époque empreinte de succès. Champion de France à cinq reprises, Rémy Vercoutre a été l’un des acteurs de la suprématie lyonnaise dans les années 2000. Même si le gardien de 33 ans a dû (presque) toujours se contenter d’un statut de doublure à l’OL, personne ne pouvait contester son importance et son influence au sein du groupe.

Celui qui poses ses bagages à Lyon en 2002 aura eu la chance de côtoyer ce qui se faisait de mieux au poste de gardien et la malchance d’être en concurrence directe avec deux monstres en cage que sont Grégory Coupet et Hugo Lloris. Au départ de ce dernier en septembre 2012, Rémy Vercoutre abandonne son numéro 20 et endosse celui de numéro 1, laissé vacant par le nouveau gardien de Tottenham. Plus qu’un chiffre dans le dos, c’est le symbole d’un renouveau, d’un profond changement. L’éternel remplaçant n’est plus. Il est désormais le plus haut dans la hiérarchie des gardiens, une première depuis son arrivée au club. C’était sans compter sur la grave blessure au genou qui le fait trébucher et l’ascension fulgurante d’un « petit mec doué », comme il le décrit.

Le natif de Grande-Synthe dispute la quasi-totalité des rencontres de la saison 2012-13 jusqu’à ce maudit jour d’avril 2013. Une semaine après avoir grandement participé à une victoire décisive dans la course à la Ligue des Champions à Montpellier et à la veille du derby, « Rem » se blesse gravement à l’entraînement. La rupture du ligament croisé de son genou droit et les six mois d’indisponibilité qui font suite auront eu raison de ses ambitions de s’imposer enfin comme le portier indiscutable. Durant son absence, un gardien alors de 22 ans se révèle. Anthony Lopes écrit des partitions majuscules.

Avec talent, détermination et une envie de croquer dans chaque ballon, Rémy Vercoutre aura pourtant à chaque reprise répondu présent au moment de passer de l’ombrage du banc aux feux des projecteurs du terrain, au moment de changer de costume. Un costume de titulaire élargi par les géants qui l’ont porté mais qui ne lui allait que très rarement trop grand.

Et même s’il n’a joué que 75 rencontres de Ligue 1 sur les onze saisons passées entre Rhône et Saône, il a durablement marqué le club d’une empreinte particulière. D’une certaine poigne aussi. Du coéquipier modèle qu’il est resté au fil de longues saisons passées sur le banc au taulier de vestiaires lorsque le groupe s’est peu à peu rajeuni, il a toujours été un élément indispensable à l’équilibre de l’équipe. Il y a des doublures comme lui qui vous font comprendre que le football est l’aventure de tout un groupe, qu’un succès n’appartient pas uniquement aux seuls onze titulaires sur le terrain. Bonne continuation à lui !


Vercoutre et l’OL en chiffres

  • Arrivée en 2002, départ en 2014 avec un intermède d’une saison en 2004-05 à Strasbourg (prêt).
  • 5 titres de Champion de France, 1 Trophée des Champions, 2 Coupes de France.
  • 112 matchs joués : 75 en Ligue 1, 9 en Ligue Europa, 9 en Ligue des Champions, 7 en Coupe de France et 12 en Coupe de la Ligue, 1 Trophée des Champions.
  • Son premier match lyonnais à Ajaccio le 26 octobre 2002 avec un succès 1 à 0.
  • Son dernier match lyonnais à Odessa le 20 février 2014 avec un nul 0 à 0.
Photos

Vercoutre, une page se tourne

10 photos