masculins / ABECEDAIRE

X ... comme Xénophobie

Publié le 29 juin 2006 à 12:00 par BV

C'est l'heure de l'ABECEDAIRE. Une lettre et un mot par jour. Place aujourd'hui au X ... comme Xénophobie.

Comme l’an dernier, le X est associé au terme de xénophobie. Une répétition qui semble aller de soi tant, saison après saison, le même constat s’impose : loin de disparaître, la xénophobie ne cesse de sévir sur les stades. Une haine de l’étranger qui n’est pas propre aux terrains de football mais y trouve une inacceptable et intolérable surexposition. Le plus régulièrement à l’adresse des joueurs étrangers de couleur, elle fut une nouvelle fois bien trop fréquemment sous les feux des projecteurs. Une xénophobie confinant souvent au racisme dans sa plus simple et sa plus insoutenable expression.

Dès le 10 Août 2005, à l’occasion du troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions entre le CSKA Sofia et Liverpool, Djibril Cissé était le premier joueur de la saison visé par des cris de singes venant des tribunes. Une stupide et impardonnable pratique dont seront également victimes le joueur ivoirien de Messine Marc Zoro sur le terrain de l'Inter Milan le 27 novembre 2005, les joueurs de couleur de Rennes à Ajaccio le 7 janvier 2006 et le Camerounais de Barcelone Samuel Eto’o à Saragosse le 25 février 2006. Et que dire des 2 saluts fascistes effectués par Paolo Di Canio les 11 et 17 décembre 2005 face à Livourne puis la Juventus Turin. Une double initiative qui vaudra au joueur de la Lazio une suspension … d’un match.

Devant ces exactions on ne peut que se réjouir de l’initiative du parlement européen qui, le 15 mars 2006, réaffirmant que "les droits fondamentaux de l’être humain ne peuvent pas être ignorés pendant une manifestation sportive", a adopté une déclaration écrite dans laquelle il « condamne toutes les formes de racisme associées au football » et « exhorte les gouvernements nationaux et les autorités du football européen à agir concrètement contre le racisme dans le football».

Le 17 mars 2006, la FIFA décidait d’ « envoyer un signal fort � en modifiant son code disciplinaire. « Les sanctions prévues sont des matches de suspensions ou une déduction de points (trois pour une première condamnation, six pour une récidive), voire la relégation ou la disqualification de l’équipe si les méfaits se poursuivent ».

De lourdes sanctions qui ne constituent, à n’en pas douter, qu’un premier, mais louable, pas dans cette si longue lutte contre ce fléau qui gangrène le football. Souhaitons donc que ces initiatives portent leurs fruits et que la lettre X retrouve ainsi lors du prochain abécédaire une connotation plus footballistique.


[IMG40705#C]