masculins / OL 4 - Metz 0

Y a de la joie !

Publié le 11 mars 2006 à 22:54 par SR

Après le 4-0 infligé au PSV Eindhoven ce mercredi, les Lyonnais, qui ont connu beaucoup de bonheur avec les 4 nouveaux nés dans la famille OL (Abidal, Muller, Fred et Caçapa) dans la semaine, conservait le sourire en inscrivant 4 nouveaux buts en championnat, face à Metz.

A la poursuite des points perdus. Les Lorrains ont revêtu le bleu de chauffe dans cette dernière ligne droite du championnat, trustant au passage 9 points en 5 rencontres et restant invaincus depuis fin janvier. Monaco et Marseille en ont fait les frais. Nancy, Bordeaux et Auxerre ont partagé les points… Un bilan bien positif qui permet aux Messins de croire en leur survie parmi l’élite. Et 5 points devant eux, les Troyens, premiers non reléguables, ne sortent plus la tête de l’eau depuis le 15 janvier (5 défaites, 3 nuls).

Comme beaucoup de joueur débarquant à Gerland, Souleymane Youla soulignait sur son site qu’ils n’avaient « rien à perdre ». La rouste du match allé était oubliée et la sombre affaire de paris truqués est également aux oubliettes.
Joël Muller, sourire en coin, prévoit de grappiller encore quelques points pour se sortir de la zone rouge et se rapprocher du maintien pour les 3 mois qui restent… et Lyon de se rapprocher du titre. En effet, de retour en championnat avec un billet pour les quarts de final en poche, Gérard Houllier retrouve son train-train quotidien. Les 3 attaquants du match aller se retrouvent sur le terrain au coup d’envoi, le résultat sera-t-il le même ? 90 minutes pour le savoir après 1 minute de silence, dédiée à Christophe Servignat, membre des Bad Gones…

La rencontre démarrait sur frappe violente de Youla Souleymane bien paré par Coupet.
Les Gones étaient avertis, malgré une feuille de match aux fortes envies défensives côté messins, les coéquipiers de Wimbee ne comptaient pas rester là les bras croisés pendant 90 minutes. Mais le sort en était jeté. Les Gones, eux, comptaient tirer des enseignements du revers Rennais.

De l’autre côté du terrain, Carew héritait d’un festival de dribbles signé Juninho pour trouver une position de tir… mais c’était sans compter sur le bon retour de Borbiconi (8).

Et les Lyonnais se sont mis à la démonstration. Une action démarrée et conclue par Malouda suite à un jeu de passe admirable mettait le Guyanais en position de tir, devant Wimbee, trompé par le pied droit de l’international A (13’ ; 1-0). Décidément, Metz réussi bien à Malouda, le brillant détonateur du match aller.
Juninho déposait sa deuxième passe décisive de la soirée sur la tête de Carew seulement 3 minutes après avoir permis à Malouda d’ouvrir le score. Le Norvégien, qui n’avait pas trouvé les chemins des filets depuis ce but contre le PSG doublait la mise au quart d’heure de jeu.

Les frappes lyonnaises pleuvaient et le navire lorrain prenait l’eau. Müller, Djila, Juninho, Tiago à deux reprise puis Carew…Les jaunes du soir n’arrivaient pas à mettre le grappin sur la balle. La pire vipère de Wimbee remettait le couvert sur un nouveau service de… Juninho, le porteur d’eau (34’ ; 3-0).
Le coach Muller procédait à un premier changement. Alioui, l’ancien Gone, cédait sa place à Bassong (35’).
Un coup franc bien placé était repoussé par l’arrête de la lucarne de Wimbee, qui pouvait enfin souffler un peu.
Malouda, peut-être superstitieux (?), prenait sa chance des 20 mètres sur une remise de Juninho… qui sait ? Sa frappe était repoussée par le bout des gants de Wimbee et Carew, en déséquilibre, manquait le cadre aux 5 mètres 50 avant que Mr Lannoy ne renvoie tout le monde aux vestiaires.
Sidney Govou appréciait le spectacle depuis les tribunes tandis que Fred, récent papa, était laissé au repos.
En deuxième mi-temps, L’OL repartait de plus belle. La retournée acrobatique de Tiago manquait le cadre. A l’heure de jeu, Tum frappait pour la première fois de la partie dans les bras de Coupet, bien placé. Pedretti puis Benzema faisait souffler Tiago et Wiltord. La fluidité du jeu lyonnais dégageait d’une simplicit�, d’une aisance… Djila profitait d’un une-deux pour défier Wimbee, bien sorti.
Ben Arfa faisait son entrée chez les « rouge et bleu » et Contout chez les « jaune et violet ». La frappe de Juninho à 30 mètres du but n’était pas assez puissante pour tromper le gardien adverse (82’).
Le match avait perdu en rythme, en intensité. Lyon maîtrisait son sujet, gérait son match. Et sur un nouveau corner de Juninho, sorti par le poing de Wimbee, Patrick Müller catapultait une reprise de volée pied droit dans la cage adverse (4-0 ; 91’) pour clôturer la marque, et la rencontre.

Sur le même thème