masculins / OL - Rennes J-1

Y-a-t-il vraiment quelque chose de changé?

Publié le 25 janvier 2005 à 14:48 par R.B

[IMG4464L]La défaite à Lille des Lyonnais associée aux succès de leurs principaux concurrents a logiquement suscité des remarques, des analyses, des questions, des supputations... Mais pas trop le temps de s'attarder en pensées, en paroles... place à l'action. Le championnat ne s'est pas arrêté dans le Nord et ne va repartir mercredi. Il ne fait que continuer dans des conditions différentes...

La défaite à Lille des Lyonnais associée aux succès de leurs principaux concurrents a logiquement suscité des remarques, des analyses, des questions, des supputations... Mais pas trop le temps de s'attarder en pensées, en paroles... place à l'action. Le championnat ne s'est pas arrêté dans le Nord et ne va repartir mercredi. Il ne fait que continuer dans des conditions différentes...



Rebondir après la défaite à Lille ? Il sera demandé aux Lyonnais de chausser leurs crampons de grands compétiteurs contre Rennes. Pour eux bien évidemment et leur capital points ; mais aussi pour la concurrence et lui prouver qu'ils n'ont pas été affectés le moins du monde par cet accroc dans le Nord. L'invincibilité terminée, avouons maintenant que quelques défaites à venir ne seraient pas forcément catastrophiques si en contre partie il y avait moins de matchs nuls que lors de la phase aller. 3 nuls ne valent qu'une victoire… ne l'oublions pas! Ce rebondir, Grégory Coupet l'avait utilisé il y a quelques semaines. «Ce que j'attends, c'est de voir notre capacité à gérer cette première défaite lorsqu'elle arrivera. Là, on saura quelle est la véritable force de notre groupe… ». « Greg », c'est le moment.



Revanchards les buteurs ? Mis logiquement en cause par leur manque d'efficacité à Lille et en d'autres circonstances cette saison en championnat, le Guyanais Malouda a annoncé la couleur après le décrassage de jeudi après-midi et il ne s'inquiète pas. «Le plus important, c'est d'avoir des occasions de but. Et nous en avons… Le fait que tout le monde marque dans cette équipe, ou peut marquer, est aussi important ; c'est dans la suite logique des choix effectués depuis le début de saison dans notre façon d'évoluer ». Et nous serions tentés d'ajouter que le bloc équipe doit aussi avoir cet esprit de « revanche » pour ne plus se mettre en danger bêtement au point d'encaisser des buts.



Relancé ? Il parait que le championnat est relancé depuis le succès lillois. « J'ai toujours soutenu, et je l'ai dit, que tout n'était pas plié sous prétexte que cela arrangeait nos adversaires directs de l'exprimer… » Paul Le Guen, dans les colonnes de l'Equipe de ce vendredi 25 janvier a rappelé aux amnésiques ses propos antérieurs. Et pour ceux qui connaissent bien l'entraîneur de l'OL, il ne pouvait en être autrement. Coupet avait dit exactement les mêmes choses… En substance « nous sommes trop loin de l'arrivée pour parler du titre. On verra plus tard… ». Mais effectivement, l'écart s'est resserré avec Lille, Marseille, Monaco, Auxerre. C'est une évidence. Le chassé et le chasseur jouent un jeu bien connu dont les données vont encore évoluer journée après journée. Convenons alors, dans les conditions du moment, que tout autre résultat qu'un succès contre Rennes ne serait pas le bienvenu.



Récupérer ? En ayant passé 90 minutes dimanche soir sur la pelouse du Stadium Nord en faisant de gros efforts pour essayer de revenir au score, sans parler des conditions climatiques épouvantables, n'est-ce pas trop demander au joueurs que de se mettre en tenue 65h après en sachant que samedi à 15h à Bastia, il faudra de nouveau le faire. 3 rencontres en 140h avec 3 horaires différents… cela a même fait réagir le calme Paul Le Guen. « Une telle programmation, je n'avais jamais connu cela… ». Les athlètes de haut niveau ne sont pas des bêtes et le groupe olympien n'a pas encore récupéré tout son monde pour offrir plusieurs solutions à son coach. Alors fatigue ou pas ?



Rebondir… Revanchards… Relancé… Récupérer… mais avant tout jouer, si le temps le permet. Il reste 16 journées à disputer et 48 points à prendre. Le match contre Rennes ne vaut pas plus que 3 points au classement. A la lecture des performances bretonnes à l'extérieur en 10 déplacements (3 points et 3 buts), ces voyageurs semblent les visiteurs idoines pour passer de 45 unités à 48. Les chiffres, on ne joue ni avec ni contre surtout à ce niveau. Et à domicile, le comportement global des équipes adverses engendre rarement fantaisie, folie, envie… On ferme généralement la boutique et on prie pour qu'il y ait un miracle. Son gardien chaud bouillant, par exemple ; une panne d'inspiration des locaux ; une absence de réalisme ; un coup de bol quelconque… Ces Bretons ne sont pas bons loin de la Route de Lorient… difficile de savoir pourquoi. En regardant leurs noms, en revanche, pas question de les prendre pour des « pimpons ». Du presque double mètre homme des bois Isaksson à l'Helvète buteur Frei en passant par le gaucher Monterrubio ou encore le jeune Faty, on connaît la qualité des ces rouge et noir convoqués à 17 par Bölöni pour venir à Lyon. Dans la maison championne de France, on devine les propos avant cet affrontement. Il y aura les mots envie, humilité, respect et le souhait de prendre ces 3 points en comptant sur le soutien de Gerland. A Paul Le Guen de bâtir son équipe en fonction; aux joueurs de prouver qu'ils ont toujours le même appétit d'être les champions. Sincérement, qui peut s'inquiéter ou en en douter?



Le groupe rennais :

Isaksson, Pouplin – Jeunechamp, Faty, Ouaddou, Le Lan, Bourillon, Sorlin, N'Guema, E. Didot, Monterrubio, Adailton, Frei, Maoulida, Perrier-Doumbé, Gourcuff, Briand.



R.B