Site officiel de
L'Olympique Lyonnais

masculins / Youri Djorkaeff

Youri Djorkaeff : "Une expérience extraordinaire"

Publié le 29 juillet 2012 à 16:01 par GV et DD

Youri Djorkaeff a été le premier français a évoluer en Major League Soccer (de 2005 à 2006). Le natif de Lyon nous donne son sentiment sur le football US et sur l'engouement des Américains pour le sport

Youri, vous qui avez joué en MLS, que pouvez vous nous dire sur ce championnat ?
Le championnat se développe à grande vitesse. Une équipe rejoint la Major League Soccer chaque année. A chaque fois, on leur demande des infrastructures parfaites, mais aussi des centres d'entrainements et de formation. Les Américains sont partis de très haut. Aujourd'hui, ils s'intéressent plus à la base, c'est à dire la formation. Il y a un vrai potentiel à ce niveau là car le pays compte près de 19 millions de licenciés. Je pense que d'ici 5-10 ans, le niveau sera très intéressant .

Comment situez-vous le niveau ?
Physiquement je dirai que les équipes sont biens. Elles pêchent peut être encore au niveau tactique mais il faut savoir que la plupart des joueurs sortent des universités. là bas, le football est assez libre. En Europe, c'est plus quadrillé. Du coup on a quelque erreurs de jeunesse. Ils doivent encore progresser là dessus car, on le voit, les internationaux américains ont du mal à jouer en Europe.

Quels souvenirs vous gardez de votre passage New York ?
Ce fût une expérience extraordinaire. Quand j'ai signé ici, on m'a emmené à Wall Street dès le premier jour. J'ai sonné la cloche pour ouvrir la séance boursière ! C'était fort pour moi ! C'était surtout les débuts de la MLS. J'ai été étonné par beaucoup de choses. Contrairement à l'Europe, on voyageait au milieu de tous les gens, on devait se gérer soit même, et on était libre jusqu'au match ! On se retrouvait juste à quelques heures du coup d'envoi. Mais pour moi, qui était en fin de carrière, c'était assez vivifiant. Aujourd'hui je vis encore ici.

Le sport semble être roi aux Etats-Unis. C'est aussi le sentiment que vous avez eu ?
Oui, les Américains aiment leurs équipes et sont très patriotiques. C'est valable en football, mais aussi dans tous les sports. Pour les JO par exemple, il y a un engouement extraordinaire. Ce qui est bien ici, c'est que le sport reste avant tout un jeu, un divertissement. Vous ne verrez jamais de débordement même lors des matchs les plus importants. Les fans viennent au stade, ils regardent, ils encouragent. Si leur équipe gagne, tant mieux. Sinon ce n'est pas grave.

Que pensez vous du fait de délocaliser le Trophée des Champions, ici à New York ?
C'est une très bonne idée. Dimanche dernier, j'ai assisté au match Chelsea-PSG au Yankee Stadium. Il y avait près de 40 000 personnes. J'invite les gens et surtout les ligues à venir ici. Ca fait une très bonne publicité. A New York en plus, la visibilité est énorme. Les grands clubs européens, comme Lyon, ont besoins de ça.

CLAIREFONTAINE, partenaire officiel de l’Académie OL.