masculins / Pendant la trêve

Z comme...zzzz….zzzz…zzzz…

Publié le 01 juillet 2007 à 10:00 par SC

C'est l'heure de l'ABECEDAIRE. Une lettre et un mot par jour. Place à la lettre Z comme...

Les signes du zodiaque, ont été durant toute cette saison regardés, examinés, décryptés. Fin septembre, une question revenait régulièrement autour des zincs, dans les restaurants, dans les cours d’école, dans les rues ou encore dans les stades : « l’Olympique Lyonnais peut-il remporter tous les titres ? » L’OL était encensé comme Zidane à l’issue de la Coupe du Monde 98, mais encore et toujours. Zidane l’icône.

Mais retour à l’OL et à la réponse à la question. Les plus zélés disaient que oui. Qu’ils n’y avaient aucun problème. Que l’OL était le plus fort et que le quadruplé allait être réalisé et marquerait à jamais le football français. Pour ces supporters, l’Olympique Lyonnais était à son zénith.
Puis soudain, la machine c’est mise à zigzaguer, s’emballer comme un bateau ivre. Les vrais fans sont restés derrière leur club même si certains râlaient, rouspétaient. D’autres ont zappé le club comme si il n’avait jamais existé. Ces gens ne méritent-ils pas un Zéro pointé ! Cependant restons zen.

Il y avait parfois plus de zizanie dans les groupes que de réelle rancune. Le mois de janvier fut dur: quatre matchs en championnat le bilan, trois défaites et un nul le dauphin avait quand même toujours un retard de neuf points. Et pourtant en écoutant les détracteurs, ces zouaves du football, on avait l’impression que l’OL était proche de la zone de relégation. Pour information après la 23ème journée et la défaite face à Troyes, Lyon était à trente points du premier relégable.

Après ce zoom réalisé sur cette saison on s’aperçoit que Lyon n’a pas démérité. Il a eu des creux certes mais le sixième titre est au bout.
Lors de la 36ème journée, à l’issue de la rencontre face à Lens, Gerland s’est donné des airs de zoo avec la présence de deux lions majestueux, tout un symbole. Le roi lion. Zut, j’allais oublier : l’OL a quand même disputé une finale de Coupe de la Ligue et s’en est allé de la Ligue des Champions en huitième de finale.

Un zéphyr vient me taquiner les narines, l’écran se trouble, les lettres s’emmêlent, le z s’évade, je m’endors « zzzz….zzzz…zzzz…»