masculins / Dinamo - OL

Zagreb… mercredi 7 décembre

Publié le 07 décembre 2011 à 12:26 par R.B

Froid, très froid sur le centre économique de la Croatie…

Il parait que la température moyenne en décembre à Zagreb est de 3 degrés avec un record à moins 19. Ce mercredi, il fait 2 degrés, mais le ressenti est bien inférieur ! Il faut mettre des couches pour parcourir un peu cette ville de 800 000 habitants. On se laisse porter par les rues, les monuments. On ne peut manquer le superbe Théâtre National. On aperçoit la Cathédrale que l’on rejoint après une petite montée. A côté du parvis, on prépare Noël… Une crèche  géante prend forme. On grimpe encore pour dominer la ville. On redescend par des ruelles. On tombe par hasard sur la gare d’un minuscule funiculaire. De grandes places comme celle de Ban-Jelacic où le commerce bat son plein.

Froid, toujours froid même si la balade réchauffe. De grandes avenues, une succession de petits magasins dans un passage souterrain sous les voies de chemin de fer. Une bouffée de chaleur bienvenue. On cherche la Save, un affluent du Danube… en vain. On a lu dans une brochure qu’elle avait débordé il y a de nombreuses années en causant de sérieux dégâts. Des panneaux de circulation avec des noms de ville qui invitent au voyage comme Dubrovnik ou encore Zadar, Split…

Gris, toujours gris... Les joueurs, comme souvent en déplacements, auront vu le minimum de la ville. Vidéo, avant la balade en fin de matinée. Un tour dans les parages du Théâtre National avec un Dejan Lovren en guide. Un supporter de l’Hadjuk Split affirme qu’il n’aime pas le Dinamo et qu’il encouragera l’OL. Michel Bastos est présent avec ses partenaires. Le sera-t-il sur la pelouse ? Il est temps de retourner à l’hôtel où le déjeuner est prévu à 12h 30.

 Le plafond est toujours très bas sur Zagreb. Cela nous fait craindre une soirée « polaire » dans ce stade Maksimir ouvert à tous les vents. Il va falloir que les partenaires de Cris nous réchauffent sérieusement. Et en revoyant la joie des Marseillais après le but de Valbuena, on rêve… un peu… comme Gérald Baticle. « On a préparé un clip de motivation avec des buts, des scènes de joie… On sait ce que ce sera difficile… Il faut être en accord avec la difficulté de la tâche qui nous attend…  Mettre la petite graine et la nourrir… ». Gérald est prêt. On le sent bouillonnant.  Et une question dans la tête des journalistes français présents: quelle équipe Rémi Garde va-t-il aligner au départ? les paris sont ouverts... entre du classique par rapport aux deux derniers matchs et beaucoup de changements.

Sur le même thème