masculins / OL 1 - Bastia 0

Analyse : Sur une voie royale !

Publié le 13 mai 2004 à 00:12

Deux points, deux petits points, voilà ce qu'il manque désormais à l'OL pour conquérir un historique troisième titre de Champion de France. Vainqueurs logiques de Bastia, 1-0, gâce à un un nouveau coup-franc de Juninho, les Lyonnais relèguent en effet Monaco, tenu en échec à Strasbourg (0-0), à 4 points et Paris, battu hier à Bordeaux (3-0), à 6. A deux journées, et à trois jours d'un prestigieux déplacement au Parc, voilà donc les Gones sur une voie royale ![IMG1950L]

Deux points, deux petits points, voilà ce qu'il manque désormais à l'OL pour conquérir un historique troisième titre de Champion de France. Vainqueurs logiques de Bastia, 1-0, gâce à un un nouveau coup-franc de Juninho, les Lyonnais relèguent en effet Monaco, tenu en échec à Strasbourg (0-0), à 4 points et Paris, battu hier à Bordeaux (3-0), à 6. A deux journées, et à trois jours d'un prestigieux déplacement au Parc, voilà donc les Gones sur une voie royale !











Le jeu

L'OL le savait. Paris battu hier à Bordeaux et Monaco engagé dans un périlleux déplacement à Strasbourg, il avait un super coup à jouer en recevant Bastia. Pour cela, évidemment, il fallait gagner. Les Lyonnais, contrairement à leurs sorties précédentes, ne rataient alors pas leur début de rencontre, venant rapidement porter le danger sur la cage corse. Une tête d'Edmilson, puis surtout deux duels Elber-Penneteau, échouant d'un rien, étaient déjà tout proches de concrétiser cette bonne entame lyonnaise. Bastia, venu chercher son point manquant pour le maintien, était pourtant loin de se présenter en victime expiatoire. Jouant chaque coup à fond, les Corses se trouvaient même en excellente position pour ouvrir le score sur un face à face entre Ben Saada et Coupet, mais le portier olympien sauvait les meubles (19'). L'OL pouvait alors repartir de plus belle et Juninho ouvrir le score, sur un nouveau coup-franc dont il a le secret, le deuxième en quatre jours. Malgré une nouvelle alerte sur une frappe de Maurice au ras du poteau (32'), les Gones tenaient le bon bout à la pause. Et la tendance se confirmait davantage au fil d'une seconde mi-temps sans réelles prises de risques de chaque côté. Il fallait en fait attendre les dix dernières minutes pour voir Bastia, réduit à 10 après l'expulsion de Cauet, tenter de se rebeller. Un dernier frisson parcourait même Gerland, encore rempli ce soir, sur un centre de Ben Saada, expédier in extremis en corner par Réveillère (81'). Mais l'équipe lyonnaise, au sein de laquelle Sidney Govou signait son grand retour (75'), ne tremblait plus et pouvait même exulter à l'annonce du nul monégasque en Alsace (0-0). Après avoir assuré l'essentiel ce soir, l'OL file vers son troisième sacre !







Le fait du match

Il y a eu d'abord ce sauvetage de Coupet face à Ben Saada à la 19e minute. Au prix d'une superbe détente, le gardien international expédiait, du tibia, la première occasion corse au dessus de sa transversale. Il y a eu ensuite cette faute sur Juninho, destabilisé après une superbe roulette. Le Brésilien exécutait alors lui-même la sentence et, comme presque à chaque fois dans cette position, comme à Metz samedi dernier, faisait mouche. En l'espace de 7 minutes, Coupet et Juninho, sur deux gestes de grande classe, avaient fait basculer la rencontre. Et peut-être même un peu plus…







La clé du match

Face à une équipe bastiaise bien en place et ne fermant jamais véritablement le jeu, l'OL, positionné en 3-5-2 comme lors de la deuxième mi-temps face à Metz, s'en est remis au talent de son homme providentiel, Juninho, pour faire la différence.







Les chiffres

2, comme le nombre de points en autant de journées que l'OL doit acquérir pour obtenir un troisième titre. Autrement dit, deux nuls, ou plus simplement, une victoire, suffisent aux Gones pour être sacrés. Les Lyonnais savent donc ce qu'ils leur restent à faire à Paris, samedi, ou, à défaut, contre Lille, dimanche 23.



5, comme le nombre de coup-francs directs inscrits cette saison par Juninho. Après avoir ouvert le score face à Lens et à Munich, en Ligue des Champions, l'avoir clôturé contre Nice, le Brésilien a récidivé deux fois en quatre jours à Metz, et donc ce soir face à Bastia. Et comme à chaque fois, ces coups de pied arrêtés ont été particulièrement décisifs, offrant la victoire aux Olympiens.



76, comme le nombre de points que compte l'OL après 36 journées. Quoi qu'il arrive désormais, le club olympien terminera donc la saison avec une moyenne d'au moins 2 points par match, une première dans son histoire.



T.L.

Sur le même thème