masculins

De 1990 à 1999

Publié le 19 décembre 2003 à 20:48

1990-1991 : L'Europe retrouvée !



Comme l'avait promis Jean-Michel Aulas, l'OL va retrouver l'Europe quatre ans après son arrivée à la présidence du club. L'équipe est renforcée durant l'été par les arrivées de Gilles Rousset (Sochaux), d'Aziz Bouderbala (Racing) et du meneur de jeu de Brest, le Paraguayen Roberto Cabanas. Cette deuxième saison en D1 est marquée par la victoire à Geoffroy-Guichard sur un but contre son camp de Sylvain Kastendeuch (0-1) et surtout par une dernière journée décisive : les Lyonnais se qualifient en terminant 5ème du championnat, après une ultime victoire face aux Girondins de Bordeaux, où Aziz Bouderbala fait chavirer un stade de Gerland plein comme un oeœuf en inscrivant le but de la victoire à la 76e minute (1-0).



L'OL est assuré de sa qualification en Coupe de l'UEFA quelques jours plus tard, après la victoire de l'AS Monaco en Coupe de France.



La Coupe de France suscite encore une désillusion, avec une nouvelle élimination en 1/32 de finale par Angers.



L'effectif : Breton, Rousset - Bes, Billong, Corian, Fugier, Knapp, N'Gotty, Taborda, - Chavrondier, Colin, Debrosse, Garde, Genesio, Lassagne, Roche - Bouafia, Bouderbala, Bursac, Cabanas, Ferez, Masson. 


Staff : Raymond Domenech (entr.), Bernard Lacombe (directeur sportif), Robert Duverne (prépateur physique)



Buteurs : Cabanas (9), Masson (5), Bouafia et Bouderbala (4).

Championnat D1 : 5ème sur 20 (qualifié en Coupe de l'UEFA).
Coupe de France : Éliminé en 1/32 de finale par Angers (2-0). 






1991-1992 : l'OL en crise de croissance.


L'OL a du mal à confirmer son nouveau statut et, malgré les recrutements de Ben Mabrouck (Bordeaux) et Fernandez-Léal (CD Castellon, ESP), le club termine à une peu glorieuse 16ème place a égalité avec Sochaux et avec deux points d'avance seulement sur le premier relégable, Rennes. L'OL a du mal notamment offensivement et termine avec Rennes plus mauvaise attaque de l'élite. En Coupe de France, Lyon est sorti sans gloire dès les 1/32 finale par le club de deuxième division du FC Istres. Enfin, l'OL renoue avec la Coupe d'Europe, mais de manière bien éphémère.



Après avoir sorti en 1/32 de finale, les Suédois d'Östers Växjö grâce à un but de Rémi Garde à l'aller (1-0) et une réalisation de Stéphane Roche au retour (1-1), Le club va s'incliner deux fois au tour suivant face aux Turcs de Trabzonspor, en encaissant 8 buts, dont 4 dans un stade de Gerland acquis à la cause des visiteurs.



L'effectif : Breton, Rousset - Anselmini, Billong, Fugier, Knapp, N'Gotty, Pfannkuch - Ben Mabrouk, Bes, Chavrondier, Debrosse, Deplace, Fernandez-Léal, Garde, Genesio, Lassagne, Roche -  Baré, Bouafia, Bouderbala, Bursac, Cabanas, Masson, Rivenet. 


Staff : Raymond Domenech (entr.), Bernard Lacombe (directeur sportif), Robert Duverne (prépateur physique)


Buteurs : Bouderbala (6), Bouafia (5), Bursac (3).

Championnat D1 : 16ème sur 20.
Coupe de France : éliminé en 1/32 de finale par Istres (1-1, 3-4 TAB).
Coupe de l'UEFA : éliminé en 1/16 de finale par Trabzonspor (3-4, 4-1).





1992-1993 : la dernière saison de Domenech 



Malgré un très léger mieux en championnat avec le renouvellement du secteur offensif (Abou, Debbah, Delamontagne, Gava) , les Lyonnais ont du mal à se montrer régulier lors de leur parcours en D1. Si la première partie de championnat est encourageante (14 matchs sans défaite), la deuxième partie du championnat sera ratée à l'image du derby perdu 2-0 à Gerland. …L'OL se maintient encore de justesse en se classant 14ème avec un bilan de 9 victoires, 15 nuls et 14 défaites.



En Coupe de France, l'élimination en 1/32 de finale face  au club de 3ème division de Pont-Saint Esprit est une nouvelle désillusion pour l'entraineur Raymond Domenech qui vit sa 5ème et dernière saison à la tête de l'équipe fanion. 



L'effectif : Breton, Rousset -  Anselmini, Bes, Billong, Colacicco, P. Ferri, Flachez, Fugier, Moulin, N'Gotty, Péan -  Chavrondier, Debrosse, Deplace, Garde, Gava, Genesio, Fernandez-Léal -  Abou, Bardon, Debbah, Delamontagne, Masson, Maurice, Rivenet.         

Staff : Raymond Domenech (entr.), Bernard Lacombe (directeur sportif), Robert Duverne (prépateur physique)



Buteurs : Garde (9), Debbah et Gava (8).

Championnat D1 : 14ème sur 20.
Coupe de France : éliminé en 1/32 de finale par Pont-Saint-Esprit (1-0).









1993-1994 : l'OL prend l'accent marseillais 


Pour pallier les départs de Raymond Domenech et du capitaine emblématique Rémi Garde pour Strasbourg, le président Jean-Michel Aulas réalise l'un des plus beaux recrutements de l'histoire du club : Jean Tigana prend les rênes de l'équipe fanion et favorise ainsi l'arrivée entre Rhône et Saône de trois stars marseillaises : Abedi Pelé, Pascal Olmeta et Manuel Amoros. Dans le même temps Eric Roy (Toulon) et Marcelo, défenseur central brésilien recruté aux Corinthians endossent également la tenue olympienne. 




L'OL retrouve du coup un second souffle d'autant que plusieurs pépites du centre de formation s'installent dans le groupe, à l'image de la révélation de la saison, Florian Maurice (7 buts) et du défenseur central Florent Laville.  Le club termine 8ème de D1 et manque de peu une qualification européenne. En Coupe de France, les affaires lyonnaises ne s'arrangent pas et les coéquipiers de Pascal Olmeta sont sortis cette fois en 1/16 de finale par le club de D2 du Stade Lavallois.

L'effectif : Breton, Olmeta - Anselmini, Amoros, Bes, Billong,  Colacicco, Debrosse, Flachez, Laville, Marcelo, Moulin, N'Gotty - Chavrondier, Deplace,  Gava, Roche, Roy,  Pelé - Abou, Debbah, Delamontagne, Maurice, Rivenet.        

Staff : Jean Tigana (Entraîneur), Guy Stephan et François Bracci (adjoints), Robert Duverne (prépateur physique).


Buteurs : Maurice (7), Debbah (5).

Championnat  D1 : 8ème sur 20.
Coupe de France : éliminé en 1/16 de finale par Laval (1-1,  3-1 TAB).





1994-1995 : un bien bon championnat !



Cette saison correspond à l'apogée d'un certain nombre de joueurs au sein de l'effectif lyonnais. Parmi ceux formés au Club, N'Gotty et Maurice explosent, de même que Deplace ou Laville, qui réalisent une de leurs meilleures saisons. Enfin, avec Roy, Amoros et Gava, l'OL compte dans ses rangs de nombreux éléments de talents, qui, additionnés à la fougue et à l'envie de vaincre véhiculées par Pascal Olmeta font de cette équipe une des plus belles de l'histoire de l'Olympique Lyonnais.



Seule l'équipe d'Angers viendra s'imposer à Gerland (3-1 en 1/16 de finale de la Coupe de France). Mais l'OL réalisera cette saison son meilleur parcours en Championnat, terminant 2ème après avoir rêvé de pouvoir lutter jusqu'au bout pour le titre avec le FC Nantes.



Tigana venait de laisser, quelques années après sa première empreinte en tant que joueur, une empreinte indélébile dans le cœur de tous les supporters lyonnais. Malheureusement, il partira pour Monaco, et avec lui, N'Gotty posera ses valises à Paris, et Amoros retournera à Marseille en D2. L'OL parvient cependant à garder sa star montante, Florian Maurice, qui avec 15 réalisations terminait 3ème buteur du championnat. Pour la première édition de la Coupe de la Ligue nouvelle formule, l'OL s'incline avec les honneurs au Parc des Princes face au PSG, qui va emporter quelques mois plus tard la compétition face à Bastia.



L'effectif : Olmeta, N'Gotty, Amoros, Billong, Sassus, Roy, Laville, Deplace, Gava, Maurice, Debbah, Delamontagne, Rivenet, Flachez, Breton, Bardon, Anselmini, Roche, Marcelo, Paille, Giuly, Abou, Génésio.



Buteurs : Maurice (15) - Gava (9).

Championnat : 2ème sur 20 (Qualifié en Coupe d'Europe).

Coupe de France : Éliminé en 1/16 de finale par Angers (1-3 à Gerland).

Coupe de la Ligue : Éliminé en 1/8 de finale par PSG (2-1 aux Parc des Princes).





Entraîneur : Guy Stéphan de 1995 à 1996



1995-1996 : l'apogée de Florian Maurice au sein du Club.




Il marquera 18 buts dans l'année, et parviendra à rattraper quelque peu une saison en demi-teinte. Certes, N'Gotty est parti, mais il semble que l'ossature reste solide avec le duo Gava-Maurice en attaque. Seulement Frank Gava, blessé, sera indisponible durant pratiquement toute la saison. Cette absence pèsera durement sur le club, qui terminera à une moyenne 11ème place en championnat. Cette équipe, qui commence à compter en ses rangs des joueurs vainqueurs de la Coupe Gambardella en 1994 (Giuly, Bardon, Devaux) est, dit-on, une équipe de Coupe. Mais l'OL s'inclinera à Gerland face à Auxerre, futur vainqueur de l'épreuve (et du championnat), après avoir touché 3 fois la barre dans une séquence de jeu de 17 secondes, le tout à 10 minutes de la fin d'un match, qui voit l'équipe lyonnaise s'incliner.



L'OL brille en fait cette saison sur deux tableaux :



Le premier, le plus prestigieux, est la Coupe UEFA. Après avoir éliminé l'équipe portugaise de Farense, l'OL se voit proposer le Club Italien de la Lazio de Rome. Après un méritoire 2-1 à Gerland, Maurice et Assadourian vont donner une victoire inespérée aux Lyonnais, avec un jeu exceptionnel de Ludovic Giuly, qui se révèle lors de ce match. Lyon accède aux 1/8 de finale de la Coupe UEFA, où il y rencontre la bête noire des français, le club anglais de Nottingham Forrest, devant lequel l'OL s'incline 1-0, sur un penalty, au match aller, en Angleterre.

Malgré ce résultat assez bon, l'OL s'incline, incapable de passer le mur anglais, et le match nul 0-0 provoque la fin des exploits lyonnais en Coupe UEFA.



Il reste la Coupe de la Ligue, chemin le plus court vers une qualification européenne, et l'OL en fait son objectif prioritaire dès le tirage au sort.



La demi-finale, disputée à Gerland, voit L'OL avoir le dernier mot sur le score de 1-0 face à l'AS Cannes. Lyon accède à une finale qui lui permet de se qualifier directement en Coupe UEFA.



Mais l'adversaire est coriace, et le FC Metz l'emporte aux penalties, avec un but d'Eric Roy injustement refusé par Mr Batta dans les dernières minutes. La Coupe de la Ligue et la qualification en Coupe UEFA s'échappent.



L'effectif : Olmeta, Sassus, Roy, Laville, Deplace, Gava, Maurice, Rivenet, Breton, Bardon, Anselmini, Roche, Marcelo, Giuly, Abou, Deguerville, Assadourian, Devaux, Casanova, Bak, Moulin, Patouillard, Fouret, Bellisi,Chavrondier



Buteurs : Maurice (18) - Giuly (4).

Championnat : 11ème sur 20.

Coupe de France : Éliminé en 1/32 de finale par Auxerre (0-1 à Gerland).

Coupe de la Ligue : Défaite en finale face à Metz (0-0, puis 5-4 aux penalty).

Coupe d'Europe : Éliminé en 1/8 de finale par Nottingham Forrest (1-0 à Nottingham, puis 0-0 à Gerland), après avoir éliminé Farense (Por) et la Lazio de Rome (2-1 à Gerland, 2-0 à Rome).





Entraîneur : Guy Stéphan de 1996 à Janvier 1997, puis Bernard Lacombe et José Broissart



1996-1997 : début de saison, très optimiste.



Côté transfert, l'OL conserve le chouchou du public, le Goleador Florian Maurice, et accueille Alain Cavéglia, un des meilleurs buteurs du Championnat précédent, ainsi que Christophe Cocard, récent champion de France avec Auxerre. L'attaque lyonnaise a vraiment belle allure. Mais dès ce début de saison, de nombreuses questions fusent sur la capacité défensive de l'équipe lyonnaise.



Certes, l'OL marque des buts, et reste assez maître sur son terrain, mais il en prend aussi beaucoup. Ainsi, après un départ assez convaincant, le club sombre vite dans l'anonymat des places du milieu de tableau. Touché par le sort, l'OL va, pour toute la saison (6 mois exactement) perdre son attaquant vedette Florian Maurice, qui, fatigué par sa participation aux Jeux Olympiques d'Atlanta, est victime d'une rupture du talon d'achille.



Cette absence va encore affaiblir l'équipe et, lors d'un déplacement à Auxerre, les lyonnais encaissent 7 buts en une seule soirée. C'en est beaucoup trop pour Guy Stéphan, déjà contesté, qui est remercié et remplacé par deux cadres du Club, Bernard Lacombe, directeur technique depuis l'arrivée de J.M. Aulas, et José Broissart, responsable du Centre de Formation depuis plus de 20 ans.



Une deuxième partie de saison commence, et il est évident que le choc psychologique joue en faveur du changement d'entraîneur. Certes, l'OL subit tour à tour 2 éliminations en Coupe de la Ligue (face à Rennes, après avoir éliminé le PSG à Gerland), et en Coupe de France à Lille. Mais en championnat, le club a bien redressé la barre, et se situe dans la première moitié du classement.



Malgré l'affaire "Olmeta-Sassus" qui voit les deux joueurs écartés du club à la suite d'une bagarre, l'OL, grâce à une fin de championnat tonitruante (premier sur les 10 dernières journées avec 23 points sur 30 possibles, infligeant au passage un retentissant 8-0 à Marseille lors de la dernière journée de championnat), se voit proposer la session de rattrapage en se qualifiant pour la Coupe Intertoto.



L'effectif : Olmeta (puis Coupet) Sassus, Laville, Deplace, Gava, Maurice, Breton, Bardon, Anselmini, Marcelo, Giuly, Cocard, Deguerville, Devaux, Casanova, Bak, Patouillard, Fouret, Bellisi, Caveglia.



Buteurs : Cavéglia (19) - Giuly (16).

Championnat : 8ème sur 20 (Qualifié en Coupe Intertoto).

Coupe de France : Éliminé en 1/16 de finale par Lille (1-0 à Lille).

Coupe de la Ligue : Défaite en 1/8 face à Rennes (4-3 à Rennes).





1997-1998 : l'année des paradoxes



Côté championnat, cette saison sera celle de tous les paradoxes : 6 défaites à domicile et 8 victoires à l'extérieur (Le Havre, Rennes, Auxerre, Guingamp, Bastia, Strasbourg, Toulouse, et Châteauroux). Au final du championnat, l'OL se qualifie pour la seconde année consécutive en Coupe UEFA, au terme d'une dernière journée palpitante qui voit Lens sacré champion, et l'O.L coiffer Auxerre pour la 6ème et dernière place qualificative pour l'Europe.



Dans les coupes nationales, le bilan est plutôt positif. Malgré une élimination contre le futur vainqueur de l'épreuve, le Paris Saint Germain, en Coupe de la Ligue, les lyonnais réalisent leur plus beau parcours en Coupe de France depuis 1976. Ils vont en effet atteindre les demi-finales, en éliminant tour à tour Saint-Denis Saint-Leu, Angoulême, Istres, Bourg Peronnas, avant de s'incliner 2-0 devant le futur champion de France, le R.C. Lens à Bollaert.



En Coupe d'Europe, les lyonnais réalisent une épopée mémorable, de la qualification depuis la Coupe Intertoto (gagnée face à Montpellier), jusqu'à la victoire contre l'Inter de Djorkaeff et Ronaldo, au stade San Siro.



L'effectif : Coupet, Delmotte, Laville, Uras, Carteron, Fournier, Pedros, Violeau, Bassila, Bravo, Linarès, Caveglia, Bardon, Anselmini, Giuly, Cocard, Bak, Fouret, Kanoute, Job.



Buteurs : Cavéglia (10) - Kanoute (6).

Championnat : 6ème sur 18 (Qualifié en Coupe UEFA)

Coupe de France : Éliminé en 1/2 de finale par Lens (2-0 à Lens).

Coupe de la Ligue : Défaite en 1/16 face aux P.S.G. (1-0 à Paris).

Coupe d'Europe : Éliminé en 1/16 face à l'Inter de Milan (1-2, 3-1).





1998-1999 : une des plus belles saisons de l'histoire du club en championnat



Le groupe soudé par son parcours européen continue de s'enrichir progressivement, avec l'arrivée de Dhorasoo et Grassi. . Les joueurs lyonnais, rassemblés derrière leur capitaine Alain Cavéglia commencent très fort la saison, infligeant un 6-1 sévère aux Toulousains, après un premier nul à Strasbourg. La 8ème journée seulement voit la première défaite de l'OL, à Nantes, mais l'équipe fait preuve d'un belle cohésion, et va défaire, plus tard, les 2 leaders de la saison, Marseille et Bordeaux qui s'inclinent tous deux 2-1 à Gerland.



Durant les matchs retours, un drame touche l'équipe lyonnaise, Luc Borelli, un des gardiens de l'équipe décède tragiquement d'un accident de voiture. L'épreuve est dure pour les joueurs tant Luc était apprécié. Mais les joueurs refont surface et ressortent de cette douloureuse expérience encore plus fort, ils se positionnent en challenger de Marseille et Bordeaux, s'installant à une troisième place, significative de qualification en tour préliminaire de Ligue des Champions, mais les Rennais l'emporteront au terme d'un très bon match à Gerland, seule défaite à domicile. L'OL n'a donc pas la possibilité de gêner les deux prétendants au titre, mais conserve sa 3ème place, malgré le retour de Monaco.



En Coupe d'Europe, les Lyonnais vont réaliser des exploits mémorables, se qualifiant, pour la première fois, pour les 1/4 de finale de la Coupe UEFA. Les adversaires des 3 premiers tours, Blackburn Rovers, Etoile Rouge de Belgrade, et le FC Bruges, seront tous vaincus sur leur terre, alors que le match nul est obtenu à Gerland face à Blackburn et la victoire face aux 2 autres. Puis vient la confrontation avec le FC Bologne, club italien, qui va prendre dès le match aller un formidable ascendant, l'emportant 3-0 face à une équipe lyonnaise trop timorée ; et qui réalise l'un des plus mauvais matchs de sa saison. Au match retour, devant un stade comble, les Lyonnais passent tout près de l'exploit, menant 2-0 à la pause (Cavéglia et Job), et frappant le poteau en seconde mi-temps, ce qui aurait pu leur ouvrir les portes d'une prolongation. Mais en tout état de cause, ce match reste un grand moment pour tous les spectateurs, dans une ambiance d'une rare intensité au sein du stade de Gerland.



L'effectif : Coupet, Delmotte, Laville, Uras, Blanc, Carteron, Bak, Fournier, Violeau, Dhorasoo, Bassila, Linarès, Malbranque, Caveglia, Cocard, Grassi, Kanoute, Job.



Buteurs : Cavéglia (17) - Grassi (6) - Job (6).

Championnat : 3ème sur 18 (Qualifié en Tour préliminaire de Champions League).

Coupe de France : Éliminé en 1/32 de finale par Châteauroux (1-0).

Coupe de la Ligue : Défaite en 1/32 face à Montpellier. (2-0 à Gerland).

Coupe de l'UEFA : Défaite en quart face à Bologne (3-0, 0-2).



retoursuite