masculins / Reprise du championnat J-15

Edmilson: C'est si bon...

Publié le 22 juillet 2004 à 11:56 par R.B.

Il y a quelques années, l'entraîneur lyonnais Bernard Lacombe, à l'issue d'un entraînement qui l'avait pas mal agacé, avait balancé une de ses phrases célèbres : « il y a des jours, où je n'aimerais pas être le ballon… ». Avec Edmi, pas de souci, le ballon est son ami.

Mercredi soir à Annecy, en 45 minutes, capitaine d'une classe biberon, protection au poignet gauche, José Edmilson Gomes de Moraes, né un 10 juillet 76 à Taguaritinga, a confirmé son talent si particulier pour son retour sur le pré.

A l'heure où de nombreux rugbymen ne savent plus faire une passe, ce « manchot là », surnom donné par les dits rugbymen au footeux, balancent à 40 mètres des caviars comme d'autres enfilent des perles. Oh certes, José a du disputer chez lui au Brésil des matches de plage beaucoup plus difficiles que ce Saragosse- O.L ! Mais quand le champion du monde est bien disposé, on a l'impression qu'il pourrait jouer en tongs et bermuda. Son jeu long ressemble à un grand coup de golf au départ et à un putt réussi à l'arrivée. Chez lui au Brésil, on dirait peut-être qu'il vous offre des oranges en les ayant pelées. Reste plus qu'à savoir les déguster !

Contre les Espagnols, il a réussi cinq de ses six transversales longues portées. « Le coach m'avait demandé d'accélérer le jeu… ». Ce dernier l'avoue en souriant : « J'aime bien quand il est là, avec son jeu particulier. Ses passes longues et précises donnent du mouvement et de la vitesse. Je suis content de l'avoir retrouvé à ce niveau, tout en sachant qu'il va nous manquer pour les deux premières rencontres officielles de la saison… »

A Annecy, le Brésilien a survolé la deuxième période. Les chiffres confirment l'aspect visuel des choses. 5 passes de 40 mètres réussies sur six tentées ; 17 passes courtes ; une tête défensive et une dizaine d'interventions propres, souvent en anticipation ; deux pertes de balle dont une qui a mis en péril Nicolas Puydebois ; une frappe lointaine au dessus sur coup franc ; sans parler du commandement de sa jeune défense.

[IMG32196#W]Lui, au moment de remonter dans le car, après avoir embrassé un de ses compatriotes, adversaire d'un soir, a confirmé les impressions de tous les spectateurs : « Cà va. J'ai eu de bonnes sensations, malgré la chaleur … ».

Ce numéro 3 confie souvent que Dieu décide de tout dans sa vie. D'accord, mais pour que ses pieds et sa tête soient devenus ceux d'un champion du monde, il y a aussi du boulot au quotidien. Et quand vous y ajoutez une élégance rehaussée d'une aisance incomparable, sans oublier l'efficacité, vous ouvrez bien grands les yeux pour profiter du spectacle. « J'ai rarement un joueur avec une telle précision dans le jeu long ; précision et puissance. Il est évident qu'il a bien travaillé pour avoir cette technique de frappe irréprochable, d'autant qu'il ne prend presque pas d'élan, mais je pense qu'il est aussi incontestablement doué ». Propos de Paul Le Guen, un connaîsseur , en autre, de la relance.

Edmi, il a peut-être toujours des problèmes pour prononcer les R dans la langue française ; ballon au pied, en revanche, sa partition prend très souvent des airs d'exception. Franchement, on le savait depuis longtemps.



R.B.