masculins / Sporting Bastia - OL

« Le déclic, c’est la victoire »

Publié le 28 janvier 2016 à 17:43 par R.B

L’entraineur lyonnais a parlé évidemment de ce match à Bastia et du besoin de faire une série victorieuse pour se replacer au classement...

Bruno, peut-on parler d’urgence de points?

« Il y a une urgence de points plus on se rapproche de la fin de saison. Mais il ne faut pas faire n’importe quoi par rapport à notre projet de jeu. Il n’y a pas de découragement, ce serait inquiétant avec 16 matches à jouer ; le groupe est solidaire, uni. Le groupe est persuadé qu’il peut revenir dans la course à l’Europe. Il faut enchainer des résultats positifs et un nombre de victoires. Ce sera très important de prendre déjà des points à Bastia. Un objectif chiffré ? Les objectifs sont fixés entre nous. On connait surtout les objectifs de fin de saison. Il faudrait gagner au moins 10 matches sur 16... Mais il y a plusieurs paramètres.... Gagner des matches fait avancer. Il faut garder ce que l’on a fait de bien et améliorer ce que l’on n’a pas réussi... le déclic, c’est la victoire.à  Je m’appuie sur ce que j’ai vu face à l’ASSE, l’OM et sur ce que je vois tous les jours à l’entrainement ».

Le déplacement à Bastia ?

« Il n’y a pas de bons ou de mauvais endroits pour prendre des points.  C’est à nous d’imposer  notre jeu si on peut le faire. Jamais un spectateur n’a marqué de but... Il faut se concentrer sur le match. Le choc psychologique du changement d’entraineur ? On verra... Je m’occupe de mon équipe et du jeu de l’équipe adverse et pas de ce qui se passe au club en sachant que Bastia aura de nombreux absents contre nous ».

Les objectifs fixés sont-ils encore réalisables ?

« Je suis convaincu,  comme les joueurs et le club, que l’on peut aller chercher la 2ème place... On recevra Monaco, Paris... mais il faut d’abord se replacer au classement ; cela prendra du temps. Je reste très confiant car je sens un dynamisme dans le groupe qui va payer. On compte aussi sur le soutien des supporters, cela donne des forces à l’équipe collectivement comme individuellement. Ils ont rôle très important ».

Un mot sur les performances d’Alex Lacazette ?

« Les matches d’Alex me satisfont ; il a une attitude positive ; il fait des efforts ; il n’est pas récompensé pour l’instant. On a attend beaucoup de lui par rapport à ce qu’il a fait la saison passée. Il sera récompensé... Il y a les buts et ce qu’il fait en dehors... Il donne énormément de solutions à l’équipe sans être toujours bien servi. Ce n’est pas une période difficile pour lui. Il a d’avantage besoin de soutien de la part du milieu... Je trouve sévère les analyses faites sur ses matches... ».

Les milieux relayeurs sont-ils la faiblesse de l’OL en ce moment ?

« C’est un axe de progression de notre jeu. On a besoin de repères. N’oublions pas que Clément Grenier revient d’une longue blessure. Je sais que l’on a les joueurs capables d’apporter ce que j’attends. C’est un secteur où on a du monde pour générer une concurrence saine. Cela m’offre plusieurs possibilités ».

Darder ? Tolisso ? Ferri ?

« Corentin (Tolisso) a réagi de la meilleure des manières face à l’OM. Jordan (Ferri), j’ai entière confiance en lui. Sergi (Darder) arrive de l’étranger, c’est un jeune joueur ; je le trouve en progrès même si on attendait plus face à l’OM ; il faut être patient ; il a une grosse marge de progression. Il faut qu’il s’adapte... et ce n’est pas évident »

Allez-vous changer votre animation ?

« Je reste dans ce système de 4-3-3 qui correspond le mieux aux caractéristiques des joueurs. Après il y a plusieurs façon de l’animer... »

Le départ de Lindsay Rose ? L’intérêt pour Cabot ?

« C’est un jeune joueur qui a besoin de jouer. Pour diverses raisons, il ne sait pas imposé à l’OL. C’est une bonne formule d’être prêté dans un club de L1. Pour moi, le fait d’avoir trois défenseurs centraux est suffisant. Et on a Jérémy Morel qui peut jouer dans l’axe ou encore des milieux que l’on peut faire redescendre... »

L’arbitrage?

« Je n’ai pas envie d’en parler pour ce match à Bastia. D’une façon générale, il faudrait mieux aider les arbitres que de les enfoncer. C’est de plus en plus difficile d’arbitrer ».

POINT SANTE

« Henri Bedimo est opérationnel...  et je compte sur lui tant qu’il est avec nous. Bako Koné est forfait»