masculins / Reprise du championnat J-7

Peguy Luyindula: Trois saisons olympiennes...

Publié le 30 juillet 2004 à 08:53 par R.B.

[IMG2517L]Ainsi le compteur des buts marqués sous le maillot lyonnais par Peguy Luyindula restera bloqué, toutes compétitions confondues, à 46 unités. Un joli total en trois saisons....

Ainsi le compteur des buts marqués sous le maillot lyonnais par Peguy Luyindula restera bloqué, toutes compétitions confondues, à 46 unités. Un joli total en trois saisons. Et encore… si l'on ramenait ses buts à son temps de jeu, ces chiffres seraient beaucoup plus parlants. L'ancien strasbourgeois n'a été au final considéré comme un véritable titulaire que cette saison ; dans une position plus réculé derrière Elber. Avant, il y avait Sonny Anderson et une association avec lui à la pointe de l'attaque lyonnaise rarement entrevue (3 fois au départ : 2 en 2001-2002 pour 64 minutes contre Montpellier et 73 minutes contre Bordeaux et en 2002-2003 pour les 90 minutes d'une défaite à domicile contre Monaco 3 à 1 ; Pour le reste 10 fois en deux saisons pour des fins de match !).

Les chiffres détaillés prouvent le réalisme de l'ancien numéro 18 olympien : En championnat en 2001-2002, il a disputé 21 rencontres sur 34 en étant 9 fois titulaire (869 minutes jouées, 6 buts, 2 passes décisives) ; en 2002-2003, 33 rencontres sur 38 en étant 19 fois titulaire (2364 minutes, 11 buts, 1 passe décisive) ; en 2003-2004, 37 rencontres sur 38 en étant 33 fois titulaire (2968 minutes, 16 buts, 6 passes décisives). Soit 33 buts en 91 matches ou mieux 33 buts en 6 201 minutes, ce qui revient à 33 buts en 69 rencontres effectives.

Peguy sera donc toujours Olympien cette saison, mais sa quête du bonheur en crampons sera, peut-être, protégée désormais par Notre Dame de La Garde remplaçant la célèbre

Vierge de Fourvière ! Peguy à Marseille ; Peguy au Stade Vélodrome. Tiens, l'histoire se souviendra que c'est là bas, dans sa nouvelle demeure, qu'il a débuté sa carrière lyonnaise un 9 septembre 2001 lors d'un tristounet OM – OL conclu par un insipide 0 à 0. Entré sur la pelouse à la 71eme minute de jeu à la place de Née, il avait vendangé une occasion très nette de but, et de succès, en plaçant à la 90eme de jeu une frappe sur le poteau de Runje, alors que « la cage ouverte», à peine à une dizaine de mètres, lui tendait généreusement les bras.

Depuis il s'est bien sûr rattrapé. On l'a déjà écrit, ce garçon n'a jamais été un forcené de la frappe en tous genres. 2 tirs de moyenne par match lors des deux dernières saisons. Un but tous les 5 tirs. De la tête, du gauche, du droit, dans la surface, hors de la surface, sur pénalty… le fils de cet ancien footballeur est un véritable caméléon sur un terrain. Son jeu imprévisible, donnant l'impression visuelle de désinvolture, en fait un poison pour ses adversaires et, parfois, un coéquipier déroutant. Quand il part dans ses dribbles compliqués, pas facile de deviner ses intentions. A la sortie cependant, ils ont fait plusieurs fois des dégâts. A 25 ans, ce gémeau (né un 25 mai) avait débuté en Ligue 1 lors d'un Strasbourg – OL du 8 août 1998, score final 0 à 0.

Ce garçon n'a jamais laissé indifférent et pas seulement par ses audaces capillaires entrevues certains matins du côté de Tola Vologe. Attachant, intelligent, élégant, surprenant. Il savait faire comprendre à ses interlocuteurs, même par des silences ou des réponses, plus que courtes, ses sentiments du moment ; jouant, petit malin, aussi souvent avec eux. Capable « de faire l'avion » avec Sidney après un but ; Capable tout autant de rester muet comme une carpe après un triplé à Ajaccio, Peguy, le mystérieux, quitte les bords secrets du Rhône pour les rives exubérantes de la Méditerranée. Sur le papier pas si évident que çà, même si l'ancien niortais a bien grandi en trois saisons lyonnaises; passant du statut d'espoir à celui d'international. Un nouveau challenge à relever pour lui, il en l'habitude, dans un club qui apparemment le faisait rêver (déclarations journal l'Equipe du 30 juillet). Décidemment, le poids de l'Histoire en football ne laisse pas indifférent... Quel sera le poids de Peguy dans l'histoire du club? Le poids de ses buts, des points apportés... incontestablement... mais, aussi de sa personnalité atypique.





R.B.





Sur le même thème